Technologie

Addiction aux réseaux sociaux : Whatsapp, quand tu nous tiens…

Les messageries instantanées et les réseaux sociaux, entraînent-ils vraiment une addiction propre ou ne sont-ils qu’un passe-temps comme un autre? Chacun doit répondre à cette question qui devient pertinente et essentielle au vu de ce qui nous lie à nos smartphones. Il est vrai que les réseaux sociaux ont permis à des milliers de personnes de revoir leur registre relationnel. Oui, ils ont réussi à changer nos vies !

En effet, Whatsapp est une messagerie instantanée, récemment rachetée par Facebook. C’est un outil de communication formidable et géniale (avouons-le). Facile d’utilisation, Whatsapp s’est rapidement intégrée dans la vie des enfants, adolescents ou plus jeunes presque toute la jeune génération est emballée. Généralement, la population la plus touchée par cette addiction se situe dans la tranche d’âge de 15 à 65 ans.

Mais, le seul problème avec Whatsapp, c’est le fait que la messagerie soit instantanée et aliénable. Toujours connecté, on doit suivre le fil des discussions. Des messages qui pleuvent à la minute et auxquels il faut répondre. Mauvais partage de données personnelles et partage de contenus pas toujours instructifs. Bref, aucune sécurité dans l’utilisation de cet outil de communication !

Parfois, la dépendance va jusqu’à l’oubli de soi-même. Prenons l’exemple des personnes qui sont scotchés à leurs smartphones alors qu’ils se promènent sur la route, ce qui rend la vie des conducteurs automobiles difficile et leur propre vie en péril. Ils deviennent tellement intéressés par l’application qu’ils oublient tout le reste.

Voici quelques pistes pour s’en défaire peu à peu : retirer l’icône WhatsApp de l’écran d’accueil (moins on la voit, moins on l’utilise), désactiver les notifications (permettra d’éviter de regarder le téléphone pour toute notification sur la nouvelle arrivée d’un message et libérera votre esprit),  répondre tardivement aux messages pas si urgent, arrêter le transfert des messages inutiles, ne pas se préoccuper de son image sur Whatsapp jusqu’à en devenir obsédé.  Cela donnerait un peu de temps pour faire d’ autres choses significatives dans la vie.

Commentaire d'article

Umalis