Economie

Togo / Crise dans l’enseignement : Le déroulement de la grève selon le CSET

Partout dans les villes du Togo, les quartiers et les villages, un constat unique : enseignants en grève et les élèves dans les rues pour réclamer les cours. Entre le mot d’ordre de grève respecté par les enseignants et la descente des élèves dans les rues, c’est le gouvernement qui fait le sourd et l’aveugle.

Ce matin même, Joachim Soloukou, le chargé à l’information de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET), confiait sur les ondes de la radio Zéphyr que la satisfaction par rapport au respect des mots d’ordre de grève est au-delà de leurs attentes. Il se dit personnellement surpris de l’ampleur qu’a prise la grève.

Pour sa part, le porte-parole de la Coordination des syndicats de l’éducation au Togo (CSET) Atsou Atcha, n’apprécie pas du tout le fait que les élèves se soient mêlés aux mouvements d’humeur en sortant dans les rues pour semer le désordre. Cependant, il n’a pas passé sous silence sa satisfaction par rapport à la mobilisation générale des enseignants.

Comme la pluie dans un ciel bleu, beaucoup de togolais s’attendaient à ce que la question de la crise dans le secteur éducatif soit abordé au conseil des ministres, mais par le communiqué sanctionnant cette rencontre ils se sont finalement convaincus que les intérêts du gouvernement togolais se trouvent décidément ailleurs. De toutes les façons, les enseignants grévistes espèrent que « le gouvernement trouve une solution pour qu’ils puissent revoir leurs cartes et leur position ».

Commentaire d'article

Umalis