Education

Crise dans l’enseignement au Togo : L’année scolaire sera-t-elle blanche ou noire ?

Depuis la rentrée scolaire 2016-2017, l’on a assisté à un ballet de grèves et de mouvements d’humeur de la part des enseignants togolais. Les syndicats essaient tant bien que mal de stabiliser la barque mais les promesses non tenues et le manque d’intérêt de la part du gouvernement haranguent les formateurs de la relève de demain. Confusion et incertitude embrouillent l’horizon en ce qui concerne l’issue de l’année scolaire.

« L’année scolaire ne sera pas blanche », a affirmé avec certitude le ministre du Travail, de la Fonction publique et des Réformes administrative, Gilbert Bawara. Toutefois, rien ne présage une issue heureuse pour cette année scolaire surtout dans le cas des performances des élèves. Entre les « cours considérés comme faits » et les révisions qui ne suivent aucune logique, l’élite intellectuelle risque de payer les frais de la crise qui paralyse le système éducatif togolaise.

Cette semaine encore la chaîne des grèves continue. La Fédération des Syndicats de l’Education Nationale (FESEN) a lancé une grève de 72 heures du 13 au 15 mars. De même, l’Union des Syndicats de l’Education du Togo (USET) a débuté sa grève de 2 jours aujourd’hui. Quant à la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET), elle commence sa grève ce mardi 14 mars jusqu’au vendredi 17 mars.

Dans cette situation où les enseignants seront encore absents à leur tâche, les élèves seront encore laissés à eux-mêmes. Mais gare à ceux qui seront tentés de descendre dans les rues !  Selon les informations, des militaires lourdement armés sont positionnés devant certains établissements scolaires dans les villes du Togo.

Commentaire d'article

Umalis