Justice

Togo / Les magistrats et greffiers mieux outillés sur le contentieux électoral

Les périodes d’élections dans notre pays sont souvent synonymes de contentieux avant, pendant et après. C’est justement dans le but de remédier à cette situation que la Cour Suprême, dont la Chambre administrative est spécialisée dans ces questions, a initié une formation à l’endroit des magistrats et greffiers cette semaine à Lomé.

Pendant trois jours, les participants ont été outillés sur les thématiques essentielles par Idrissa Traoré, l’ancien Président du Conseil Constitutionnel du Burkina Faso. Les débats ont tourné autour des différentes formes de contentieux (enjeux, défis, modes de calcul) qui peuvent naître des élections locales qui auront lieu sous peu.

Pour le président de la Cour Suprême du Togo, Akakpovi Gamatho, cette formation vise à renforcer les capacités des magistrats et greffiers à propos des différents textes constitutionnels et législatifs afin qu’ils puissent répondre aux devoirs qu’implique leur métier.

Au ministre de la Justice, Pius Agbetomey de renchérir, « la Chambre Administrative de la Cour Suprême doit être suffisamment armée pour donner suite à toute forme de contestation, allant de la recevabilité des candidatures à la validité des résultats provisoires proclamés, en passant par le déroulement des opérations de votes elles-mêmes. Toutes les procédures allant de la saisine au traitement des requêtes introduites doivent être parfaitement maîtrisées ».

Cette formation s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui au secteur de la justice (PASJ) qui entend renforcer le cadre de pilotage du secteur de la justice, l’accès de la population à la justice efficace et de qualité, le cadre de lutte contre l’enrichissement illicite et la corruption.

Commentaire d'article

Umalis