Sécurité

Togo/ L’histoire du corps des gardiens de préfectures prend fin

 Le corps des gardiens de la préfecture n’existe désormais plus. Au cours d’une cérémonie officielle tenue ce 07 mars, leur drapeau a été officiellement retiré du territoire national. Les 500 gardiens de préfectures qui composent ce corps seront reversés à celui de la gendarmerie nationale.

La décision de dissoudre le corps des gardiens de préfecture a été prise en conseil de ministres le 11 février dernier. Selon le ministre de la Sécurité Yark Damehane qui a présidé la cérémonie, le corps des gardiens de préfecture n’a plus raison d’exister au moment le système de justice du Togo est en train d’être modernisé.

En effet, dans  le communiqué sanctionnant ledit  conseil des ministres, il a été notifié que « la sécurité des établissements pénitentiaires, assumés jusqu’ici par ces gardiens de préfectures sera  désormais confiée au corps des surveillants de l’administration pénitentiaire recrutés et formés, dans le cadre du projet de modernisation de la justice ».

Rattachés à la Gendarmerie nationale depuis l’ère de l’indépendance, le corps des gardiens de préfecture  en a été détachée en 1966 sous la dénomination Gardiens de Circonscriptions ou « Garde Cir ».

Après cette dissolution, le gouvernement a décidé qu’ils  rejoindront leurs corps d’origine.

« Ils sont bien plus utiles au sein de la gendarmerie pour des tâches de sécurité et d’assistance aux populations », a laissé entente le ministre Yark Damehane.

Commentaire d'article

Umalis