Société

Mort du manifestant tué le 28 février dernier : Le CACIT saisit Awa Nana Daboya

La mort d’un jeune homme lors des récentes manifestations contre la hausse des prix du carburant le 28 février dernier interpelle le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT). Pour ce dernier, les responsables de cet incident doivent être punis. A travers une lettre, le CACIT sollicite le concours de la magistrate Awa Nana Daboya considérée comme « médiateur de la république ».

Le CACIT dit aborder Awa Nana dans le cadre de son rôle de veille à l’instauration d’un climat social et politique apaisé nécessaire à la réconciliation.

« Cette mort qui vient rallonger la longue liste macabre à l’actif de nos forces de l’ordre constitue une source de conflits éminents, ou tout au moins un élément de régression  du processus de réconciliation de notre pays » écrit le CACIT.

Par conséquent le collectif demande à la présidente du HCRRUN, d’user de sa position pour faire la  lumière sur les cas des blessés et la mort d’un citoyen survenus au cours de la manifestation spontanée du 28 février 2017. « Il faut qu’une enquête soit menée dans des délais raisonnables et que les responsabilités soient situées », soutient le CACIT.

Commentaire d'article

Umalis