Education

Sokodé : Des pratiques spirituelles contre le ministre Bawara

La grève qui paralyse le système éducatif depuis le début de cette année scolaire prend des tournures inquiétantes. Ayant choisi la voie du dialogue et des grèves répétitives sans aucun résultat, la Coordination des Syndicats de l’Éducation du Togo (CSET) de la base de Sokodé a décidé par désespoir d’avoir recours au spirituel pour régler ce problème dont l’issue ne pointe toujours pas à l’horizon.

Le gouvernement togolais et les syndicats d’enseignants se regardent en chien et chat depuis le début de la crise dans le système éducatif. Ils semblent jouer au chat et à la souris. Des promesses à n’en point finir, les compromis par ci, des trêves par là et les grèves n’en parlons lus : voilà à quoi se résume l’année scolaire 2016-2017. Dans le viseur des enseignants, se trouve le ministre de la Fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert Bawara.

La situation se dégrade au jour le jour. Les discussions du groupe de travail sont loin de satisfaire les attentes des enseignants. Selon les résolutions prises au cours de leur assemblée générale du samedi 04 mars dernier, les grèves reprennent de plus belle.

Ainsi, la base de Sokodé « entend organiser une grande prière suivie de l’immolation d’un bœuf rouge pour implorer la colère de Dieu sur la tête du ministre Gilbert Bawara, devenu gênant pour les Togolais », indique le compte rendu de l’assemblée générale.

Commentaire d'article

Umalis