Education

Togo : Échauffourée au Nord du pays. Les élèves en ébullition

Ce lundi 6 mars, une atmosphère surchauffée règne sur toute l’étendue du territoire national, le mouvement de grève de trois jours à compter de ce lundi  lancé par les enseignants a visiblement affecté les élèves. Dans un élan de spontanéité ces jeunes sont sortis dans les rues pour réclamer les cours. A Lomé, Kara, Tchamba, à Dapaong ou encore à Siou, plusieurs mouvements sont signalés.

 Le groupe de travail mis en place par le gouvernement n’a visiblement pas eu les effets escomptés. Alors qu’il était destiné à mettre fin à la crise qui régnait dans le secteur, le groupe n’a fait qu’envenimer la situation. Pour les enseignants, leurs doléances n’ont pas été prises en compte. Conséquence : une série de grèves est lancée une fois de plus.

Apparemment la situation déplait aux élèves. De partout ces derniers réclament leurs cours. Sans doute habités par un sentiment de révolte étouffé depuis ce début d’année, ces derniers descendent dans les rues.

Pneus brulés, voies bloquées, tous les moyens sont bons pour se faire entendre. Selon des informations publiées par différentes sites d’actualités et autres medias de la place, le décor est le même partout.

A Lomé, des élèves de plusieurs lycées notamment  Kpogan, d’Agodéké et du lycée de Tokoin manifestent et manquent pas d’inviter de gré ou de force leurs camarades à s’associer aux manifestations. Les mêmes mouvements sont notables à Tchamba,
A Siou, dans la préfecture de Doufelgou, à Wahala et à Kara.

Toute une série de mouvements qui présagent un lendemain sombre.

Élèves en colère, gouvernement rigide, enseignants déterminés …Que réserve l’avenir éducatif au Togo ?

Commentaire d'article

Umalis