Education

Togo / Enseignement en crise : Après une énième rencontre, toujours pas de satisfaction…

 

Le gouvernement togolais a rencontré les syndicats d’enseignants les jeudi 02 mars et vendredi 03 mars à Lomé pour avoir une énième discussion à propos de la crise qui paralyse le secteur éducatif depuis le début de l’année scolaire 2016-2017. Le point essentiel de la plateforme revendicative n’est autre que le statut de l’enseignement que réclament les concernés.

Pour commencer, une note de synthèse et des conclusions des travaux du groupe de travail initié par le premier ministre, Komi Selom klassou, a été étudiée mais la tâche incombe désormais au chef du gouvernement qui est habilité pour lui donner une suite favorable ou pas. En outre, le gouvernement a sollicité la patience des enseignants en ce qui concerne la question de leur statut. A cet effet, il a demandé une période de 6 mois pour pouvoir y réfléchir.

Le ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert Bawara, a abordé avec les participants la situation des enseignants auxiliaires et des 1045 enseignants du confessionnel et des solutions ont été envisagées.

Cependant, le point focal des revendications n’a pu trouvé de solution concrète et immédiate. A défaut de cela, les enseignants ont plaidé pour l’octroi des primes et des indemnités. En guise de réponse, le ministre Bawara a indiqué qu’il faille évaluer les incidences financières et budgétaires avant de prendre une quelconque décision, vu que le secteur éducatif est confronté à plusieurs défis.

N’ayant trouvé aucune satisfaction concrète, les enseignants ont donc pris la décision d’observer une trêve de deux semaines dans l’attente d’une quelconque suite favorable.

Commentaire d'article

Umalis