Economie

La BCEAO invite les Etats membres de l’UEMOA dont le Togo à revoir leurs dépenses budgétaires

Les membres du Comité de politique monétaire (CPM) de la BCEAO se sont  réunis en session ce 1er mars. Au cours de cette session le CPM est revenu sur l’état global de l’économie dans la zone UEMOA. Il ressort que les pays de la zone enregistrent une hausse des dépenses courantes.

Le communiqué qui a sanctionné la rencontre note que les opérations financières des Etats se sont soldées par un déficit global de 4% du PIB.

« L’évolution des finances publiques des Etats membres de l’union est restée marquée par une hausse des dépenses courantes ainsi que par la poursuite des efforts d’investissement dans les infrastructures et les secteurs sociaux, dans un contexte de faible mobilisation des ressources extérieures et de stagnation du taux de pression fiscale ».

Le CPM estime qu’après avoir achevé l’année 2016 avec une croissance de 6,8%, la zone UEMOA devrait atteindre le cap de 7%.

A cet effet, la BCEAO recommande aux Etats de  renforcer leurs efforts de mobilisation des recettes fiscales et de rationalisation des dépenses publiques afin de respecter la « norme communautaire de 3,0% du PIB pour le déficit budgétaire » à l’horizon 2019.

Le Comité de Politique Monétaire est chargé de la définition de la politique monétaire au sein de l’UMOA, ainsi que de ses instruments, conformément aux dispositions des Statuts.

A ce jour, l’UEMOA regroupe 8 pays de l’Afrique de l’Ouest: le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Commentaire d'article

Umalis