Société

Togo : Amnesty International exige des enquêtes suite au drame du 28 février

Les récentes manifestations liées à la hausse du prix du carburant le 28 février dernier ont occasionné la mort d’un jeune homme en plus de plusieurs blessés. Ce bilan a fait réagir Amnesty International ce mardi.

L’organisation s’est prononcée à travers la voix de l’un de ses experts, François Patuel, chercheur d’Amnesty International sur l’Afrique de l’Ouest francophone.

Selon ce dernier « Il est inadmissible que l’armée soit encore déployée au Togo pour réprimer des manifestations ».

Le chercheur demande à cet effet qu’une enquête soit entreprise afin de situer les responsabilités.

« Les autorités doivent immédiatement diligenter une enquête indépendante et impartiale pour identifier les auteurs présumés de la mort par balle de cet homme, et les présenter devant un tribunal ordinaire afin qu’ils soient jugés au cours d’un procès équitable », estime François Patuel.

Pour finir, le chercheur d’Amnesty International appelle les autorités togolaises à « contrôler l’usage de la force par les forces de sécurité et interdire l’intervention de militaires pour encadrer des manifestations ».

Commentaire d'article

Umalis