Société

Lomé : Manifestation, répressions, mort et blessés… mais rien n’y fit !

Le gouvernement togolais, dans un communiqué publié mardi soir, a signifié sa désapprobation par rapport aux manifestations publiques contre la hausse des prix des produits pétroliers dont le bilan est un mort et plusieurs blessés graves. Pendant que certains rêvaient à la révision des prix, le gouvernement explique plutôt cette nouvelle flambée et cela sous-entend que les prix sont maintenus.

Selon le gouvernement, l’augmentation du prix du baril sur le marché international (de 30,8 dollars US en janvier 2016 à 55 dollars US en janvier 2017) et la hausse du coût du dollar américain justifient la hausse des prix des produits pétroliers. En outre, il indique que les subventions des prix sont toujours assurées quelles que soient les fluctuations sur le marché et condamne donc les protestations.

Par contre, le Parti des Démocrates de Nicodème Habia « félicite les populations togolaises pour avoir choisi d’avancer à travers le grand mouvement d’humeur de ce mardi 28 Février 2017 et marquer ainsi leur indignation contre le cynisme du régime cinquantenaire RPT-UNIR ».

Nicodème Habia trouve que le président togolais Faure Gnassingbé doit « prendre ses responsabilités et demander au gouvernement de ravaler dans l’immédiat cette décision inique d’augmentation du prix du carburant ».

Commentaire d'article

Umalis