Education

Crise dans l’enseignement : La CSET tend au gouvernement la planche du salut

La Confédération syndicale des travailleurs du Togo (CSTT) trouve que la crise dans le secteur éducatif n’a que trop durée. Les grèves répétitives des enseignants des écoles du primaire et du secondaire portent préjudice aux élèves. C’est à cet effet qu’elle fait des propositions au gouvernement.

Rappelons que ce 1er et 2 mars, sous ordre de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET), les enseignants observent une grève de 48 heures sur toute l’étendue du territoire togolais pour manifester leurs insatisfactions par rapport à l’issue donnée au groupe de travail formé par le gouvernement.

Ayant étudié les rapports de l’un de ses syndicats membres, la Fédération nationale des syndicats de l’éducation du Togo (FENASYET) qui a fait partie du groupe de travail, la Confédération syndicale des travailleurs du Togo propose des pistes de solution. Elle voudrait que « l’Etat évalue sa part patronale due pendent la période d’auxiliaire à celle de fonctionnaire des enseignants et la verse à la Caisse de Retraite du Togo » et que « le gouvernement et les enseignants entrent en négociation pour trouver une solution idoine à la part du travailleur prélevée, mais non versée à la Caisse de retraite, source de litige entre les deux parties ».

De même, le gouvernement doit prendre « les dispositions nécessaires pour mettre en place et rendre fonctionnel le Conseil Supérieur de la Fonction Publique » afin d’étudier la problématique des Statuts particuliers des enseignants et de mettre en place un partenariat Etat-Confessions religieuses.

Commentaire d'article

Umalis