Education

Togo / Après la grève du CSET, les enseignants de sport se font entendre

Le Syndicat des Enseignants de l’Education Physique et Sportive (SEEPST) prévoit déclencher « une grève d’avertissement ». C’est dire que la crise qui secoue depuis quelque temps le secteur éducatif s’étend aussi à ses maillons.

En effet, le SEEPST a adressé au ministre en charge des Sports, Guy Madjé Lorenzo, un courrier en date du 23 février 2017 lui faisant part d’une grève les 9, 10 et 13 mars prochains. Selon Gnamba Fare, Secrétaire Général du SEEPST, tous les enseignants d’Education Physique et Sportive du Togo observeront une grève d’avertissement et de boycott des examens de 72 heures.

A l’origine, ils déplorent le fait que le rapport de la Commission interministérielle sur le plan de carrière de l’enseignant de l’EPS n’ait abouti à aucun résultat. De même, les difficultés auxquelles ils sont confrontés au cours des examens ne sont pas non plus discutées et réglés. Les enseignants d’EPS réclament entre autre les primes de rentrée et de bibliothèque qui relèvent de la responsabilité du ministère en charge des Sports et des solutions idoines aux problèmes de titularisation et d’intégration que rencontrent les enseignants d’EPS.

Toutefois, ils indiquent qu’ils restent disposés aux discussions. Mais, en cas d’insatisfaction, la grève sera reconduite.

Commentaire d'article

Umalis