Diplomatie

Commonwealth : Le Togo fait des yeux doux à la Grande Bretagne

Il y a 3 ans, le Togo a entamé un processus en vue de son adhésion dans le Commonwealth. A cet effet, une délégation du Commonwealth avait séjourné à Lomé et, une séance de travail a été organisée avec le ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey, les partis politiques et des représentants de la société civile. Cette mission internationale a pris fin ce vendredi.

A l’origine, le Commonwealth regroupait les Etats issus de l’ancien empire colonial britannique. Cependant, il est devenu plus flexible dans ces principes en intégrant, par exemple, le Rwanda et la Mozambique.

Engagé dans les tests en vue de son intégration, le Togo a l’obligation de répondre aux critères en vue d’être placée, via le Commonwealth, sous l’autorité de la reine d’Angleterre Elizabeth II, malgré qu’il n’ait jamais été colonie britannique.

Interrogé à ce sujet, l’Alliance nationale pour le changement (ANC) trouve que pour l’heure le Togo a d’autres chats à fouetter. Autrement dit, ce n’est pas la priorité de moment. « Il faut faire en sorte que le Togo puisse devenir un Etat qui respecte les principes démocratiques et où l’alternance est effective avant d’intégrer ces organisations », précise Kossi Sévéaménou Dra, le chef de la délégation de ce parti.

Commentaire d'article

Umalis