Agro-Environnement

Togo/Mise en œuvre du PGICT : Où en est-on aujourd’hui ?

Différents agents des ministères de la sécurité, de l’Environnement, de l’Urbanisme et  de l’Action sociale ont rencontré ce mardi  une délégation de la Banque Mondiale. Principal objectif : échanger sur l’état d’avancement du Projet Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGICT) qui arrive à terme en fin 2017.

Les accords de don du PGICT  signés le 20 avril 2012 ont mobilisé près  de 17 millions de dollars de différents partenaires du pays. Ce fonds a été mis à la disposition du Togo par la Banque Mondiale. Pour l’institution financière, il est indispensable  de faire un bilan à quelques mois de la fin du projet.

Selon le représentant de la banque mondiale au Togo, Dr Koffi Hounkpè , l’institution va, au cours de sa mission  essayer d’analyser les rapports des réalisations effectuées dans le cadre dudit projet.

Des visites de terrain sont prévues à cet effet dans plusieurs localités du pays ayant accueilli des œuvres dans le compte du PGICT.

7ème mission du genre depuis le lancement du projet en février 2013, cette mission établira le bilan des résultats obtenus  dans six spécialités dans le cadre du projet. Il s’agit de l’environnement, la gestion des ressources naturelles, la passation des marchés, le suivi-évaluation, la gestion financière, la gestion des mesures de sauvegarde environnementales et sociales.

Déjà les autorités se réjouissent  des résultats obtenus. « Je peux dire sans autre fausse modestie qu’il a contribué à améliorer les conditions de vie des populations. Outre cela, le Projet a créé 17000 emplois directs, 12000 emplois temporaires bénéficiant pour 66% des femmes », a laissé entendre le ministre de l’environnement André Johnson.

Le Projet Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGICT) est né de la nécessité pour le Togo de réduire significativement sa vulnérabilité face aux catastrophes. Le projet se décline en trois composantes : le  renforcement institutionnel et la sensibilisation, les activités communautaires d’adaptation aux changements climatiques et de gestion durable des terres et le Système d’alerte précoce, de suivi et connaissance.

Commentaire d'article

Umalis