Santé

Togo : Approche contractuelle comme solution aux maux qui minent le secteur de la santé

Le ministre de la santé du Togo Moustapha Mijiyawa a tenu ce 21 février une rencontre avec les présidents des Conseils d’administration des hôpitaux publics au CHU Sylvanus Olympio.  Au cœur de la rencontre la question  de l’approche contractuelle des services de santé au Togo. Une mesure qui était sur la table du gouvernement depuis environ 3 ans.

Depuis 2015, des rencontres du genre ont réuni le ministre de la santé et les acteurs du domaine. Cette nouvelle rencontre a donc permis aux différentes parties de situer  les responsabilités pour rendre le projet effectif.

La gestion contractuelle des centres de santé repose sur un partenariat formel et durable entre tous les acteurs du secteur de la santé. Elle consiste, par le biais d’un contrat, à céder la gestion d’une structure de soins à une entité non étatique spécialisée dans la gestion hospitalière.
Selon les autorités togolaises,  cette volonté de soumettre les structures de santé à l’approche contractuelle est motivée par la volonté de résoudre les différents problèmes qui minent le secteur.

Pour le gouvernement, une meilleure gestion affectera également la qualité des performances. Toutefois, le ministre de la santé rassure « Aucun coût supplémentaire ne sera ajouté aux frais actuels des prestations avec cette gestion. L’objectif du Gouvernement est la satisfaction de la population et que cette satisfaction soit à la hauteur des ressources injectées.

« Nous allons voir des sociétés spécialisées dans la gestion des hôpitaux à qui on délègue la gestion. Le personnel est là, les ressources appartiennent à l’Etat, la seule chose que nous demandons est qu’on nous aide à gérer pour qu’il y ait une harmonie entre les entrées des ressources et la satisfaction de la population », a ajouté le ministre.

L’approche contractuelle a d’abord reçu l’assentiment de tous les partenaires techniques et financiers du Ministère de la santé. Les rencontres du 22 Septembre 2015 et celles du 07-08 janvier 2016 ont permis de mobiliser environ 216 responsables du monde de la santé  à la cause lors d’une séance de travail tenue à Atapkamé.

La phase expérimentale va démarrer  dans trois centres que sont le CHU Sylvanus Olympio de Lomé, le CHR d’Atakpamé et le CHP de Blitta. Au CHU Sylvanus Olympio, l’opération prendra en compte  les services de la pharmacie, de la radiologie, de laboratoire et de la morgue comme phase pilote, avant d’être étendue à d’autres services.

Commentaire d'article

Umalis