Media

Togo / Fermeture LCF-City Fm : Une Confusion nait au sein du personnel

L’affaire LCF- City Fm prend une autre tournure. Alors que les organisations restent mobilisées pour la réouverture des deux medias ,  un point de discorde semble naitre entre les membres du personnel. Lors d’un point de presse, le personnel dit vouloir aller au dialogue tandis le directeur du groupe sud Media compte maintenir la pression.

Dans sa déclaration liminaire, le personnel est revenu sur les nombreuses démarches effectuées  depuis la fermeture des deux organes le 06 février dernier. «  L’administration du Groupe Sud Media a déposé des recours auprès de la chambre administrative de la cour suprême pour faire annuler la décision du président de la HAAC et les Organisations de la Société Civile ont également initié des actions notamment une série de manifestations pacifiques dont la première partie s’est déroulée ces 14, 15 et 16 février 2017 », écrivent les employés.

L’échec essuyé par ces différentes démarches ont amené les employés, selon leurs dires, à redéfinira la lutte. « Nous les employés, après concertation, nous avions convié la presse à un point au cours duquel nous avions extériorisé notre sentiment de tristesse, de désespoir et d’angoisse face à cette situation, qui non seulement nous met dans une précarité de fait mais aussi a un impact psychologique sur nous chaque jour qui passe. Nous avons par ailleurs entamé des négociations de couloir auprès des institutions compétentes de la république en vue d’obtenir une issue favorable à cette situation à l’allure d’un labyrinthe » fait savoir  la note.

« Pour notre part, prenant la mesure des choses, nous privilégions la voie du dialogue pour parvenir à une solution dans l’intérêt des près de 80 personnes employées du Groupe Sud Media. C’est pourquoi, nous lançons un appel  au Président de la République Chef de l’état, à considérer, au nom de son mandat social, la situation du personnel du Groupe Sud Media et à s’impliquer personnellement dans la recherche d’une solution qui préserve les acquis sociaux des employés », poursuit la déclaration.

Le personnel ne manque pas toutefois de « remercier les uns et les autres en l’occurrence les organisations de la Société Civile, les organisations professionnelles de la presse et toutes les personnes qui se sont mobilisées pour cette cause et qui ont mené et continuent de mener des actions à des niveaux divers ».

 

La version du Directeur du groupe Sud Média

Suite à cette déclaration, le Directeur du groupe Luc Abaki prend à contrepied ses employés. Voici sa déclaration quelques minutes après la rencontre de ses employés.

« Je viens de finir une réunion avec mes employés pour comprendre de quoi il retourne concernant leur déclaration de ce matin. Il s avère que c est un malheureux malentendu. Dans leur entendement ils auraient souhaité avoir un nombre conséquent de manifestants dans les rues de Lomé vu le niveau de révolte et de désapprobation que les décisions du président de la Haac ont suscité au sein de l’opinion.  Malheureusement, très peu de gens se sont résolus à l »action en dehors des dénonciations verbales. C’est donc par dépit que les employés  ont eu cette tentation de douter des résultats  des marches.  Mais qu’il soit clair pour chacun, que plus que jamais mes employés sont déterminés à user de tous les moyens légaux pour retrouver leur boulot perdu à la suite de ce retrait arbitraire des fréquences.  C’est l’occasion pour moi, en ma qualité de premier responsable du groupe Sud Média de remercier très sincèrement toutes les bonnes volontés, toutes les forces vives de la nation, toutes les organisations de la société civile ainsi que les partis politiques pour leur engagement pour la cause du groupe Sud Média ! Ensemble nous gagnerons la lutte » a t-il scandé.

A quoi pourra t-on s’attendre dans les prochains jours ? Seul l’avenir le dira.

Commentaire d'article

Umalis