Sports

Togo : Violences lors du championnat D1, la FTF sanctionne les auteurs

Des violences ont éclaté entre Semassi de Sokodé et l’AS Togo Port lors de la rencontre de la 11ème journée du championnat de D1 dans la ville de Sokodé. Les incidents que la Fédération Togolaise de Football n’a pas du tout apprécié.  L’instance a donc attribué des sanctions à chacune des parties impliquées dans l’affaire.Le communiqué relatif aux différentes sanctions a été publiée ce jeudi sur le site officiel de l’instance.

L’affaire a commencé par une aspersion de sel  à l’entrée du stade de sokodé et des vestiaires  par l’entraineur de l’AS Togo Port Ayivi Ekouévi, le jour du match. En réaction, un supporter non identifié de SEMASSI a ramassé du sable mélangé au sel pour le verser sur ce dernier. Pour sa part, le gardien du stade Zakari Abdou Cissé a menacé d’aller chercher une arme blanche pour venir en découdre avec le technicien de l’équipe visiteuse. Tout un amalgame de réactions qui a conduit à une série d’altercations.
Saisie par l’entraineur de l’AS Togo Port, la Commission de Discipline la FTF, a écouté les différentes personnes impliquées dans l’affaire. Après audition, l’instance sportive attribue à chaque fautif une sanction selon les actes posés.

Ainsi  l’entraineur Ayivi Ekouévi  écope d’une suspension pour les 3 prochains matchs pour avoir  violé les « principes de fair-play ou de la morale sportive ».  L’AS TOGO PORT est  contrainte à payer d’une amende de trois cent mille (300.000) francs CFA à déduire de ses subventions d’une sanction « pour avoir cautionné l’acte fautif posé par son entraîneur »selon le jugement de la commission.
Pour avoir menacé Ayivi Ekouévi au lieu de saisir la Commission compétente de la FTF, le gardien du stade de Sokodé est, lui, accusé  de comportement « antisportif, relevant de la vengeance privée, base de violences devant être proscrites sur les stades de football ». Pour cela Zakari Abdou Cissé écope d’une interdiction d’accès aux stades de D1 et D2 pendant les 3 prochaines journées des championnats D1 et D2.

De son côté, SEMASSI devra payer une amende de cinq cent mille (500.000) francs CFA à déduire de ses subventions. La commission lui reproche d’être « responsable  pour violence contre la personne de l’entraineur Ayivi Ekouévi et pour manquement aux mesures sécuritaires ».

Commentaire d'article

Umalis