Agro-Environnement

Togo / Protection de la faune et de la flore : les magistrats africains mettent la barre haute

Des magistrats de 6 pays de la sous région dont le Togo sont réunis depuis  lundi à Lomé. Pendant 5 jours ils s’attèleront à mettre en place les bases d’une politique pérenne pour la protection de la faune et de la flore. C’est une action mutuelle des pays africains pour protéger notre environnement.

Ce sont le Gabon, le  Ghana, le  Niger,  la RDC,le Nigeria et le Togo, qui sont représentés à cette grande rencontre.

Les juges et les procureurs de ces pays  devraient confronter leurs idées afin d’élaborer des moyens d’actions pour combattre durablement les auteurs du trafic de la faune et de la flore et de veiller à leur protection.

Jusqu’alors les initiatives prises par des pays pour la protection de la flore et de la faune se sont révélées  inefficaces à en croire le ministre togolais en charge de l’Environnement, André Johnson.  Selon lui, la poursuite judiciaire se présente donc comme le moyen le plus efficace de protéger les  faunes et flores.

«Les participants vont s’atteler à définir un cadre favorisant des sanctions uniformes et plus lourdes contre les trafiquants. La détection et la répression doivent s’amplifier pour mettre un terme au fléau.», a prévenu le ministre.

De plus en plus, la sous région africaine est éprouvée par la déforestation et le trafic illicite des organes d’animaux dépossédant ainsi la planète de son patrimoine vital. Cette action des états africains se présente donc un grand moyen de lutte contre le phénomène.

La rencontre de Lomé fait suite à une première tenue dans capitale du Ghana en juin 2016.

Commentaire d'article

Umalis