Société

Transhumance au Togo : Des lois sont en vigueur et pourtant…

La période de transhumance autorisée court du 30 janvier au 31 mai 2017 et, les transhumants sont appelés au strict respect des mesures fixées par le gouvernement. Cependant, cela n’empêche pas des cas de violences et de conflits entre les autochtones et les peuhls. Voici que la tension a encore monté et la cohabitation devenue difficile.

Selon les informations, 3 togolais auraient été tués par des peulhs dans le nord du Togo. Pour riposte, la population a attaqué la communauté des transhumants faisant 5 morts dans les villages de Takpamba, Koudouaré, Nali  et Koumogou. Pour gérer la crise, le gouvernement a d’ailleurs pris la décision de déplacer plus de 2.000 personnes vers des sites protégés.

« Des individus, équipés d’armes de guerre, sont allés froidement abattre 3 individus, dont 3 commerçants à Takpamba. La population s’est organisée, appuyée des forces de sécurité, pour poursuivre ces malfaiteurs qui ont abandonné leurs engins et qui se sont relevés être des Peulhs. La population autochtone n’a pu retenir sa douleur et s’est déchainée sur les Peulhs qui vivent dans cette localité et dans les cantons environnants », a indiqué Yark Damehane.

Col Yark Damehane, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, s’est rendu sur le lieu des évènements accompagné de son collègue de l’Action sociale, Mme Tchabinandi Kolani Yentcharé. Un message de paix et de réconciliation a été donné et les représentants du gouvernement ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes.

Commentaire d'article

Umalis