Politique

Togo/ Reponse de Dodji Apevon à Me Yaovi Agboyigbo : « Que le miracle soit fait ! »

Invité ce dimanche sur les plateaux de la télévision togolaise l’ex membre du CAR, désormais président du parti FDR, Me Dodji Apévon, a lancé des pics à son ancien collaborateur et mentor Me Yaovi Agboyigbo. Il a riposté face à la polémique lancée par ses anciens collaborateurs sur l’existence légale de sa nouvelle formation politique.

 

Dans le  débat, Dodji Apevon s’est prononcé sur certains aspects de la crise qui a conduit à la scission du CAR et la création de son parti. Dans un élan de déchainement Dodji Apevon a de manière subtile mis à nu les « coups bas » du président du CAR.

Selon Dodji Apevon , les accusations portés contre sa personne notamment celui de vouloir écarter le parti de sa ligne éditoriale ne sont pas fondées.

« Je n’avais aucune possibilité de décider tout seul. Me Agboyibo était également membre de l’organe qui orientait le parti. C’est ensemble qu’on prenait les décisions. Alors, comment je me suis écarté de la ligne du parti ? », S’est-il interrogé.

Sur la question de l’existence légale de son parti Dodji Apevon balaie tout simplement la question d’un revers de la main. « C’est une polémique inutile », et d’ajouter sur une note de moquerie. « Il faut être un magicien pour soutenir une chose pareille ».

En effet, récemment, le secrétaire général du parti Jean Kissi avait lancé le débat « Le nouveau parti politique de Me Dodji Apevon pour le moment, n’existe pas encore. Car, ceux qui sont membres des instances du CAR, et qui ont quitté pour aller créer les FDR, à commencer par Me Apévon lui-même, n’ont pas encore démissionné. Je suis le secrétaire national du CAR et c’est moi qui garde la mémoire de cette formation politique. Ils n’ont pas encore démissionné du CAR », avait-il laissé entendre au cours d’une interview.

« L’acte de démission n’est pas obligatoirement un acte écrit. La démission se constate. Et selon l’article 7 de la charte des partis politiques, on peut quitter un parti à tout moment. La loi n’a jamais ajouté la mention: par écrit », rétorque de son côté Dodji Apevon.

Pour le président des FDR, seules les prochaines prouesses du parti du CAR donneront raison à Me Agboyigbo. « Il a réussi à revenir. Qu’il fasse le miracle qu’il n’a pas pu réussir pendant 17 ans. Il a réussi ce qu’il a planifié depuis le début de cette crise, parce que c’est quelqu’un qui ne renonce devant rien du tout. Quand il veut faire quelque chose, il le fait, malgré les plaintes et les supplications », a clamé Dodji Apevon accusant son mentor d’être l’instigateur de la crise du CAR.

Ancien président du CAR, Me Apévon, avait été évincé, par les fédérations à l’issue d’un congrès extraordinaire le 14 janvier dernier. Il créa ensuite son propre parti, laissant les commandes du CAR au premier président et fondateur du parti, le septuagénaire Me Yaovi. Agboyibor.

Commentaire d'article

Umalis