Justice Media

Togo / Fermeture LCF-City Fm : Manifestations publiques, le SYNJIT dit oui !

A partir de ce mardi 14 février, des organisations de la société civile comptent manifester publiquement leur désapprobation par rapport à la fermeture de LCF et City FM. Selon le Syndicat des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT), c’est une action louable. Il appelle donc les autres organisations professionnelles de la presse à emboiter le pas pour faire connaitre et respecter la liberté de presse au Togo. Voici le communiqué dans son intégralité.

Communiqué SYNJIT

(Relatif à la participation du SYNJIT à la marche des OSCs – Appel à des actions communes de toute la presse en soutien aux camarades de LCF/City Fm et en condamnation de l’agression contre le camarade Avotor de L’Alternative)

Le SYNJIT – Syndicats National des Journalistes Indépendants du Togo a constaté à la suite de la fermeture des médias audiovisuelles LCF – City FM du groupe sud Média, par la HAAC – Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication que la condamnation de toute la corporation est totale et sans appel. De même pour toute la classe sociopolitique togolaise.

Tous demandent au président de la HAAC M. Pitang Tchalla de rapporter cette décision et de procéder à la réouverture pure et simple de LCF et City FM.

Le SYNJIT constate aussi que le Président de la HAAC n’a pas réagi aux différents appels et messages adressés à son endroit et à l’endroit de l’institution qu’il dirige depuis lors.

Saisissant la position commune de la presse togolaise sur cette affaire ‘sans tête ni queue’, le SYNJIT appelle l’ensemble des organisations professionnelles des médias à se retrouver pour définir un plan d’actions qui permette de maintenir la pression jusqu’à la réouverture de ces médias dont nous considérons que la fermeture est totalement arbitraire.

L’Observatoire Togolais des Médias est invité à prendre l’initiative de ce regroupement.

En attendant le SYNJIT appelle ses membres et sympathisants, tous les journalistes indépendants à participer à la mobilisation de la Société civile togolaise les 14, 15 et 16 Février prochain en soutien aux camarades de LCF et de City FM admis en chômage technique par erreur.

Par ailleurs, le SYNJIT tient à condamner avec la dernière rigueur l’agression et la torture infligée au camarade Robert Avotor du bihebdomadaire togolais ‘l’Alternative’ le 7 février 2017 par des Gendarmes, alors qu’il était en reportage sur ‘la démolition de certaines constructions sur ordonnance de la cour suprême du Togo dans une affaire de « litige foncier à Akato-Viépé », une banlieue de la capitale togolaise.

Menotté, matraqué, torturé, les faits tels que relatés par le confrère AVOTOR sont si graves que de simples condamnations des faits ne suffiront pas.

Le SYNJIT appelle le ministre de la sécurité à rechercher les auteurs de cette barbarie et à les punir conformément à la loi. Il lui demande de condamner publiquement les faits et de s’engager désormais, à faire respecter par ses agents, le travail du journaliste sur le terrain du travail.

Le SYNJIT demande enfin au camarade Robert Avotor de porter plainte devant les juridictions compétentes pour que Justice lui soit rendue.

Fait à Lomé le 12 Février 2017

Pour le BE du SYNJIT

Le Secrétaire Général

Alphonse Ken LOGO

Commentaire d'article

Umalis