Economie

Dettes publiques au Togo : Thomas Koumou veut éclairer l’opinion publique

Ses interventions sont récurrentes ces derniers mois sur la situation économique du pays. Se disant alarmé s concernant la santé financière du Togo, Thomas Nettey Koumou , président de l’association « veille économique »  ne cesse d’appeler les gouvernants à revoir leur gestion de la chose publique. Mais pour cette fois c’est aux togolais qu’il veut s’adresser. Dans un communiqué publié ce 14 janvier, cet expert en économie a tenu, avec chiffres à l’appui, à  attirer l’attention de la population sur le déficit économique qui caractérise le Togo.

« Nous souhaitons informer une fois de plus nos compatriotes sur l’une des méthodes qui ont conduit à une augmentation rapide de notre niveau d’endettement public, estimé selon les gouvernants à plus de 1 800 milliards de FCFA. Il faut comprendre que lorsqu’on parle de la dette publique du Togo, on parle aussi bien de la dette intérieure comme de la dette extérieure.

Nos compatriotes doivent savoir que les gouvernants ont transféré dans le portefeuille de la dette intérieure, les dettes de certaines sociétés d’Etat en liquidation telles que : SOTOCO (15 882 670 271 FCFA), OTP (ancien Office Togolais des Phosphates, 14 563 455 415 FCFA), IFG (qui a succédé à OTP, 13 107 879 662 FCFA), TOGOPHARMA (1 068 916 050 FCFA), FER (Fonds d’Entretien Routier, 4 920 535 416 FCFA), FICAO (11 263 506 256 FCFA).

En termes clairs, vous et moi avons doté les sociétés d’Etat de capitaux pour leur fonctionnement, les gouvernants ont dilapidé les ressources de ces sociétés, ils ont transféré la dette dans le portefeuille de la dette intérieure du pays, vous et moi ainsi que nos enfants allons payer cette dette. Autant dire que nous sommes en esclavage.

C’est pour cette raison que Veille Economique à proposé que les Directeurs des sociétés d’Etat soient désormais nommés suite à une validation d’une commission à l’Assemblée Nationale.

Autant dire que nous prêchons dans le désert. Voilà de quelle manière sont gérées les ressources de notre pays. Elles sont gérées en toute opacité. Le couteau sur la gorge, les fusils sur la tempe, il nous est demandé aujourd’hui de financer cet enrichissement illicite des gouvernants par une politique d’élargissement de l’assiette fiscale sensée permettre le remboursement de cette dette publique.

La corruption ou les tentatives de corruption sur fonds de délation de Thomas KOUMOU n’est pas la solution pour l’amélioration des conditions de vie de nos compatriotes.

Nous profitons de l’occasion pour préciser que Thomas Dodji Nettey KOUMOU ne veut remplacer qui que ce soit, ni à droite, ni à gauche. Il souhaite juste informer les Togolais sur la gouvernance économique du Togo.

Tout notre soutien au groupe Sud Média

Puisse la Divine Providence veiller sur nous et marcher à nos cotés ».

Thomas Dodji Nettey KOUMOU.

Commentaire d'article

Umalis