Media

Togo/Fermeture de LCF-City : le personnel du groupe sud media ne se laisse pas faire…

Le groupe  Sud Média, propriétaire de LCF et City FM, monte au créneau après la fermeture des deux organes. Ce jeudi, le directeur du groupe a déposé une plainte auprès de la chambre administrative de la Cour suprême, contre la HAAC pour abus d’autorité.

Le  recours déposé dénonce « un excès de pouvoir contre les décisions de la HAAC du 6 février dernier ». « La HAAC n’a pas les moyens techniques pour brouiller les fréquences, elle ne peut seulement qu’enlever les émetteurs », a souligné M. Luc Abaki, directeur du groupe Sud Media.

A en croire les avocats en charge du dossier, la décision de la HAAC serait frappée de forclusion. Ces derniers attestent que selon l’article 66 de la loi organique de la HAAC, l’institution ne peut procéder à des saisies voire des interdictions de média si les faits mis en cause remontent à plus de trois ans.

En effet cet article stipule que  «  la Haute Autorité ne peut être saisie des faits remontant à plus de trois(3) ans s’il n’a été fait aucun acte tendant à leur recherche, à leur constatation ou à leur sanction. »

Or LCF et City ont dix ans d’activité. Si  d’aventure  le groupe Sud Média n’avait réellement  pas effectué les formalités d’installation au début de son opération, son interdiction serait aujourd’hui déjà caduque.

L’espoir est donc de mise pour le personnel des deux organes fermés. Pour l’heure le groupe est vivement soutenu par plusieurs organisations de la société civile, la presse togolaise et des organisations de défense des droits humains notamment Amnesty International.

Commentaire d'article

Umalis