Développement Finance

Togo / La commission a pris fonction pour zéro corruption

Ce mardi, les membres de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ont prêté serment. Nommés en janvier dernier, ils sont au nombre de sept pour mener cette lutte. C’est une entité administrative indépendante qui vient compléter le dispositif répressif.

Le dernier rapport ‘Worldwide Governance Indicators’ indique que le Togo a gagné 10 points en matière de lutte contre la corruption. Mais, en ce qui concerne ce phénomène devenu une gangrène sociale et surtout administrative, le Togo doit faire beaucoup plus d’effort.

Lors de la cérémonie de prestation de serment, le président de la Cour suprême, Akapovi Gamatho, a rappelé : « Dans notre société et quelque que soit le maillon que nous constituons  dans  cette  chaîne, quelque que  soit le poste,  le  rang que nous occupons dans la hiérarchie fonctionnelle dans l’administration,  nous ne devons pas être sensible ni réceptif aux sirènes de la corruption ».

Quand il est question de corruption dans un pays, c’est la crédibilité et le développement de ce pays qui sont en jeu. Un niveau de corruption élevé ne constitue aucunement un climat favorable pour attirer des investisseurs étrangers.

Ainsi donc, les autorités togolaises ont affûté leurs armes pour lutter résolument contre ce fléau en collaboration étroite avec cette Haute Autorité, l’OTR (douanes et impôts) et les organismes en charge de la surveillance des mouvements de capitaux.

Commentaire d'article

Umalis