Justice Media

Fermeture du groupe sud media : Amnesty International dénonce une atteinte à la liberté d’expression

Suite au retrait des fréquences radioélectriques des médias LCF et City FM, ordonné par la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) du Togo, l’organisation de défense des droits humains Amnesty International a réagi. Par la voix de son chercheur sur l’Afrique de l’Ouest francophone François Patuel, l’organisation s’insurge contre cette fermeture « arbitraire ».

Dans une note publiée ce 07 février, l’expert se prononce sur la fermeture de LCF- City Fm. « Ce retrait unilatéral des fréquences radioélectriques constitue une sanction disproportionnellement lourde au vu des faits reprochés et marque une nouvelle attaque contre la liberté d’expression au Togo », dénonce François Patuel qui estime que « le retrait des fréquences est une mesure exceptionnelle qui ne devrait être prise qu’en cas de manquement grave à la loi.»

Le collaborateur d’Amnesty soutient que « Les autorités doivent veiller à ce que les médias puissent faire leur travail sans crainte et sans subir de manœuvres d’intimidation ni de harcèlement. »

François Patuel ne manque pas de souligner que lors du dernier Examen périodique universel (EPU) en octobre 2016, le Togo a rejeté la plupart des recommandations visant à protéger et à promouvoir la liberté d’expression, en particulier celles demandant la dépénalisation de la diffamation et de l’outrage au chef de l’Etat et aux personnalités publiques.

En rappel, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) a ordonné ce lundi 06 janvier le retrait des fréquences radioélectriques de La Chaine du Futur (LCF) une station de télévision privée et celles de la radio City FM appartenant au Groupe Sud Média.

Selon la HAAC, ces deux médias n’auraient pas accompli les formalités préalables d’autorisation et d’installation. Le directeur général du Groupe Sud Média, lui, affirme le contraire et atteste(avec documents à l’appui) que le dossier d’autorisation a déjà été soumis à plusieurs reprises.

Commentaire d'article

Umalis