Economie

Togo : Thomas Koumou remet en question le rapport de la SCAPE

Lors du dernier conseil des ministres, la synthèse des principaux résultats issus du rapport provisoire de la revue globale de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) sur la période 2013-2015 révèle une baisse du taux de chômage et de l’indice sur la pauvreté au Togo. Cependant, Thomas Komou revient sur ces révélations du gouvernement.

Le Président de l’association « Veille Economique » constate  que ces chiffres laissent planer un doute et il se demande si ces chiffres sont calculés ont pris en compte toute la population togolaise.

« Nous voulons faire comprendre à nos compatriotes qu’effectivement les chiffres sur la pauvreté sont de façon générale en baisse. Cependant il y a deux problèmes majeurs qui subsistent. Le premier a trait au processus de piston qui est constaté par rapport au changement de niveau de vie des citoyens qui veut que la majorité de ceux qui grâce à des concours de circonstances gagnent des revenus potentiels à un moment donné et changent de niveau de vie et se retrouvent quelques années plus tard à la case départ. Ce phénomène pose en réalité la problématique de la pérennité des revenus. Le second problème est relatif à notre capacité à différentier la misère de l’extrême pauvreté et de la pauvreté », analyse t-il.

Ensuite, l’économiste s’interroge : « le Togo se retrouve t-il dans une situation de plein emploi tout en étant un pays pauvre à faible revenus et fragile? Lorsqu’on fait un rapide benchmarking, on se rend compte que le taux de chômage du Togo est le même que celui des pays industrialisés tels que le Danemark (4,3%), la suède (6,5%), l’Australie (5,8%) etc. le Togo a un taux de chômage plus faible que ceux de sérieux pays tels que l’Afrique du sud (27%), le Kenya (40%), le Nigéria (13%) ».

Commentaire d'article

Umalis