Technologie

Togo/ TIC : La GSMA invite les Etats à aller vers la 5G

En prélude à la Conférence mondiale des radiocommunications qui aura lieu en 2019, la GSMA demande aux gouvernements et régulateurs du monde entier de s’engager à répondre aux besoins de la 5G. Selon ce regroupement d’operateurs mobiles, les gouvernements s’engager à avoir suffisamment de spectre harmonisé pour permettre les débits 5G , les plus rapides des appareils abordables.

Selon la GSMA, la 5G est en mesure de créer une société « hyper connectée », répondant aux besoins variés d’un ensemble très diversifié de connexions et une itinérance internationale sans interférences transfrontalières.

« Bien que le secteur de la téléphonie mobile, les institutions universitaires et les organismes définissant les normes internationales développent les technologies essentielles à la 5G, la réussite dépendra fortement d’un accès abordable à la quantité de spectre requise », estime la GSMA.

Pour John Giusti, chef de la Réglementation à la GSMA, « Il est primordial que suffisamment de nouveau spectre soit mis à disposition de la téléphonie mobile et que les opérateurs soient autorisés à réaffecter le spectre existant pour la 5G lorsque cela sera nécessaire ».
Les services 5G ultra rapides nécessiteront des quantités de spectre si importantes que les gouvernements et les régulateurs recherchent déjà des fréquences nettement supérieures à celles utilisées traditionnellement pour les services mobiles.

La GSMA représente les intérêts des opérateurs de téléphonie mobile dans le monde entier. Elle réunit près de 800 opérateurs et 300 sociétés appartenant à l’écosystème mobile, dont des fabricants de téléphones et dispositifs, des éditeurs de logiciels, des fournisseurs d’équipements, des fournisseurs de services Internet et des entreprises de secteurs connexes.

Commentaire d'article

Umalis