Société

Togo / Pièces élimées et billets usés dans les échanges commerciaux : Le MMLK prend la parole

Depuis quelques temps au Togo, c’est devenu presque une habitude de tourner et de retourner les pièces d’argent et les billets de banque avant de les empocher. Et, pour cause, les billets usés et pièces élimées sont devenus source de malentendus dans les échanges commerciaux. Dans cette situation, que faire de ces devises ? Dans un communiqué, le Mouvement Martin Luther King interpelle les responsables de la BCEAO.

Le Mouvement Martin Luther King de Pasteur Edoh Komi a fait le constat selon lequel les pièces de monnaies élimées et les billets de banques usés ou rafistolés provoquent souvent des bagarres, des disputes et de vives altercations entre les usagers du Franc CFA. Cette situation devient complexe quand le détenteur de ces devises rejetées les avait accepté de bon cœur.

Devant le silence des responsables de la BCEAO, le MMLK exprime son indignation : « il nous est donné de constater fréquemment du refus ou de rejet des pièces ou billets dits abîmés par les tiers lors des échanges commerciaux et économiques. Ce scénario malencontreux continue de susciter des bagarres, des disputes et de vives altercations entre les usagers du Franc CFA. Ces derniers, longtemps confrontés à des difficultés dans la circulation monétaire, s’indignent du mutisme des autorités de la BCEAO et soutiennent avec véhémence les détracteurs de cette monnaie coloniale ».

Pasteur Edoh Komi demande à la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, la seule qui a le pouvoir de certifier la qualité d’un billet de trouver une solution à cette situation qui prend de plus en plus de l’ampleur. « En attendant que les pays francophones soient responsables de leur propre destin économique et financier en disposant de leur propre monnaie vivement attendue par les peuples, nous attendons une prompte et appropriée solution à ces pièces et billets en vue de faciliter les échanges et autres dispositions ».

Commentaire d'article

Umalis