Développement Economie

Togo : Les douaniers outillés pour une meilleure gouvernance fiscale

Près de 90% des marchandises à l’import comme à l’export et de la douane passent par le Port autonome de Lomé (PAL). L’ambition des responsables de ce service financier de l’Etat est d’accélérer les procédures douanières de post-dédouanement. La Banque africaine de développement (BAD) a donc offert une formation de deux semaines aux agents dans le cadre d’un programme mis en place par pour une meilleure gouvernance fiscale.

« Il est absolument indispensable que les marchandises sortent le plus rapidement possible. A quoi bon avoir un port ultra-moderne si les procédures sont longues ? », s’interroge Kodzo Adedze, le commissaire en douane de l’Office togolais des recettes (OTR).

Michel Filion, l’expert recruté par l’OTR pour cette formation explique : « nous allons former les douaniers aux techniques du contrôle de deuxième ligne. Les marchandises doivent quitter rapidement les entrepôts des douanes au PAL afin de favoriser le développement économique. Le contrôle à postériori doit être efficace et assurer la fluidité ».

Le contrôle dit de deuxième ligne a pour utilité de permettre aux opérateurs d’acquitter leurs obligations fiscales sans retarder les transactions au cordon douanier, qui bloque en général les transactions des jours ou des semaines durant.

Commentaire d'article

Umalis