Sports

Ce qui est à retenir de la participation des Éperviers à la CAN Total Gabon 2017

Éliminé prématurément de la CAN Gabon 2017, le passage du Togo à cette compétition se résume ainsi : un match nul et deux défaites, deux buts marqués et six encaissés. Piètre participation, dirait-on. A y voir de près, cela ne s’apparente t-il à une « figuration » ?

Dans le second match de la même poule qui a opposé la Côte d’Ivoire au Maroc, la victoire des Lions de l’Atlas signe aussi l’élimination du champion en titre. Dans le classement, la République Démocratique du Congo se retrouve en tête du groupe C avec 7 points, suivie du Maroc, 6 points, de la Côte d’Ivoire, 2 points et du Togo, 1 point.

Finalement, la Côte d’Ivoire n’a pas fait mieux que le Togo. Vu les prestations de cette équipe, elle n’est décidément pas plus en forme que les Éperviers. Après judicieuse analyse, le match nul concédé par le Togo contre le champion en titre n’est rien d’autre qu’un challenge et ne peut être considéré comme une « quelconque victoire ». Cela revient à reconnaitre que l’équipe nationale togolaise n’était pas aussi compétitive qu’on le croyait pour relever les défis de cette 31ème Coupe d’Afrique des Nations. Les polémiques à propos de l’état du terrain de jeu et du vandalisme sur Agassa Kossi ne justifient en rien cette élimination des Éperviers de la CAN 2017.

Pour Adébayor Shéyi, le capitaine des Éperviers, il faut aborder le point suivant : « On est content d’avoir participé à cette compétition, qui est une compétition énorme pour le Togo. On est quand même déçu, car on est venu ici avec l’envie d’aller plus loin. Malheureusement, ça n’a pas marché pour nous ce soir face aux Congolais. Maintenant on va rentrer chez nous et se préparer pour la CAN 2019 ».

Rappelons que pour le public togolais, la prochaine étape après cette élimination des Éperviers reste évidemment le fait de « faire les comptes ». Oui! #Faisons les comptes! Vivement qu’il ait des reliquats pour faciliter la mobilisation des fonds en 2019 vu que les Éperviers n’ont même pas franchi le cap du second tour.

Commentaire d'article

Umalis