Sports

CAN 2017 : Que se passe t-il donc avec les accréditations des journalistes togolais au Gabon ?

Les journalistes togolais ayant effectué le voyage en terre gabonaise pour la couverture de la CAN sont confrontés à un sérieux problème : celui de l’obtention de l’accréditation. Depuis le démarrage de la 31ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) Gabon 2017 , beaucoup de reporters du Togo ont du mal à obtenir l’accès aux portes du stade, faute d’obtention du fameux document délivré par la Confédération africaine de football (CAF).

Dès le premier match de poule entre les Eperviers du Togo et les Eléphants de la Côte d’Ivoire, l’ennui a commencé pour les professionnels de médias togolais ne disposant pas d’accréditation. Ces derniers se sont vus retirer, leurs outils de travail à l’entrée des stades suivant les règles établies. Conséquence : Aucune possibilité d’exercer.

Cependant, la majorité des journalistes ont respecté les procédures pour obtenir le document. Notamment une inscription sur la plateforme ouverte en ligne par la CAF. Si plusieurs sont encore en attente de confirmation, d’autres se sont tout simplement heurtés à un non catégorique de l’institution sportive.

Sur une quinzaine de journalistes dans la délégation officielle du Togo, seuls deux disposent d’une accréditation. Une autre équipe d’une dizaine de professionnels de médias qui se sont déplacés à leur propre frais, rencontrent également le même ennui. Chose curieuse, les délégations des autres pays présents dans la même poule que le Togo n’ont pourtant pas été confrontées à ce problème.

Interrogé sur le sujet par l’un des journalistes togolais à Oyem, le colonel Guy Kossi Akpovy, président de la fédération de Football n’a pas pu mieux éclairer les esprits.

« Nous avons lancé cette histoire depuis septembre dernier et nous avons saisi qui de droit pour que chacun puisse s’inscrire directement sur le site de la CAF, pour avoir directement son accréditation. Si cela n’a pas été fait, ce n’est pas la faute de la fédération », affirme t-il pour toute réponse.

Guy Akpovi a juste réussi à apaiser les journalistes togolais tout en promettant de faire ce qui est en son pouvoir pour régulariser la situation.

Commentaire d'article

Umalis