Education Société

Togo : La mauvaise gestion au sein de la direction régionale de l’éducation dévoilée suite à un audit

Le conseil des ministres tenu ce 19 janvier outre les autres décisions a fait état des irrégularités constatées au sein de la direction régionale régionale de l’Education Golfe et Lomé Commune. Après un audit comptable et financier mené, des cas de mauvaises gestions des allocations financières de l’Etat ont été révélés. L’affaire a été confiée à la justice togolaise.

Dans le cadre de la politique de la bonne gouvernance prônée par le Président de la République visant à assainir les finances publiques, le ministère  de l’enseignement primaire et secondaire a fait réaliser un audit comptable et financier de la Direction régionale de l’éducation Golfe et Lomé commune.

Ce sont principalement les diverses allocations de l’Etat au ministère de l’Education, précisément à la Direction régionale de l’Education Golfe et Lomé Commune qui ont été pris en compte par l’audit commandité.

A l’issue de l’expertise, Il s’est révélé « un certain nombre d’irrégularités dans la gestion financière, y compris le non-respect des procédures de dépenses publiques », souligne le communiqué du Conseil des ministres.

Devant le forfait effectué, le conseil des ministres estime que les « personnes incriminées » devront payer le déficit constaté.
« Face à ces manquements graves, des recommandations ont été formulées par les auditeurs et ces recommandations sont mises en œuvre afin d’améliorer la gestion des ressources financières à la Direction régionale de l’éducation Golfe et Lomé commune », note le communiqué.

Selon le rapport du conseil des ministres, des instructions ont été données afin que toutes les dépenses mises en cause et le déficit de caisse constaté soient payés par les personnes incriminées, et que l’audit soit étendu à toutes les structures impliquées dans la gestion des ressources financières de tous les départements ministériels.

« La personne mise en cause au niveau de la Direction régionale Golfe et Lomé commune est à la disposition de la justice afin qu’elle réponde de ses actes », conclut le rapport sur ce sujet.

Commentaire d'article

Umalis