Economie Faits divers

Togo/Contrebande et concurrence déloyale : Les ciments Dangote mis en cause

Il est rapporté que depuis quelques temps, des groupes organisés avec des tricycles et parfois même des voitures bagages font transiter vers le Togo des tonnes du ciment nigérian Dangote via les localités comme Ségbé, Sanguera, Noépé. Ces produits sont ensuite revendus à un coût relativement bas par rapport au ciment sur le marché togolais (50 000 FCFA la tonne contre 80 000 FCFA).

Depuis l’intrusion du ciment Dangote au Togo en début d’année 2016, les cimentiers togolais manifestent leur désapprobation. Cette situation est d’abord en violation des règles commerciales non seulement de l’OMC (Organisation mondiale du commerce), mais aussi de celles adoptées par la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) via l’Acte additionnel A/SA. 1 /12/08 du 19 décembre 2008.

A cet effet, les différents appels lancés au gouvernement togolais dans le but d’inciter ce dernier à prendre des mesures contre cette invasion qui constitue une menace pour l’industrie locale ne semblent pas avoir d’échos. Au contraire, suite à la visite de Faure Gnassingbé le 2 août 2016 à l’usine Dangote au Nigeria, les frontières togolaises sont devenues des lieux de transit largement ouverts au géant nigerian qui se considère désormais en territoire conquis.

Les trois cimentiers (CIMTOGO, DIAMOND CEMENT , FORTIA) qui contrôlent la production et la commercialisation du ciment sur l’ensemble du territoire national, sont étouffés par cette affaire qui prend de l’ampleur. Les responsables de ces sociétés dévoilent que leurs chiffres d’affaires ont considérablement baissés.

Plusieurs raisons sont également en défaveur de Dangote : l’immatriculation de ses camions au Ghana privant les transporteurs togolais de gains, aucun emploi n’est crée au Togo, le géant nigérian ne paie pas non plus d’impôts. Par conséquent, les cimentiers togolais saisissent la commission de l’UEMOA. Une plainte en date du 4 janvier 2017 est adressée au Président de la Commission de la CEDEAO (fac-similé) relevant les griefs contre Dangote avant d’inviter l’instance communautaire à agir le plus vite possible.

 

Commentaire d'article

Umalis