Politique

Soutien national à la CSET : Le Parti des travailleurs fait des révélations saisissantes

Suite à l’annonce de la Coordination des Syndicats des Enseignants du Togo(CSET) de reconduire ses mouvements de grève, le parti des togolais, l’un, des partis de l’opposition, manifeste son soutien. Dans un communiqué rendu public ce 18 décembre les responsables du parti invitent la coordination à aller au bout de ses actions et l’encouragent dans sa démarche tout en relevant les « tares » du gouvernement togolais.

Dans son courrier, le Parti des travailleurs s’adresse non seulement aux enseignants mais aussi à tout le peuple togolais, auquel il demande d’apporter activement son soutien à « cette poignante et vitale lutte pour sauver l’avenir de la jeune génération et de notre pays ».

« Comme d’habitude depuis plusieurs années, singulièrement depuis l’année 2011, les grèves d’enseignants et de scolaires ont pris un caractère spectaculaire avec la descente dans les rues des élèves et étudiants excédés par le mépris et l’impassibilité du gouvernement face à leurs enseignants revendiquant leurs droits légitimes. Sans pitié ni hésitation, le régime de Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE n’a jamais cessé de déchaîner la plus sauvage répression de sa soldatesque contre ces mouvements spontanés, occasionnant notamment, dans la ville de Dapaong dans le grand nord du Togo, l’assassinat de deux jeunes élèves : Anselme Guyano SINANDARE et Douti SINALENGUE », se remémore le parti des togolais.

Le parti dénonce la « cynique politique de mépris à l’endroit de la jeune génération de Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE qui avait  décrété le report d’un mois de la rentrée scolaire 2016-2017 de la date initialement prévue pour tenir son « Sommet sur la sécurité de la navigation maritime ».

« Par cette inique décision de report de la rentrée scolaire 2016-2017, Faure Essozimna EYADEMA-GNASSINGBE avait déjà fait le choix que ne soit pas tenu le programme des enseignements scolaires dans les délais normaux et satisfaisants pour le bon déroulement de cette année scolaire et la tenue de ses examens de fin d’année »,estime le parti d’Alberto Olympio.
L’analyse du parti l’a amené à pousser loin ses réflexions jusqu’à faire certaines révélations. A commencer  par Un « cadeau » de 5 milliards de F CFA qu’aurait reçu l’ex Premier Ministre français Manuel VALLS à son passage à Lomé.

« Des révélations de sources proches du régime, émanant de personnalités elles-mêmes écœurées par l’incroyable cynisme de Faure GNASSINGBE à l’endroit de son propre peuple, indiquent que, lors de son voyage officiel de fin 2016 au Togo, Manuel VALLS, alors qu’il était encore Chef du gouvernement français, aurait reçu un « cadeau » de 5 milliards de F CFA pour sa campagne en France en vue de l’élection présidentielle de 2017 dans laquelle il envisageait de s’engager », confie le parti des togolais.

Ensuite le parti révèle que des biens auraient été mis en gage par l’état togolais pour accumuler des prêts.

« l’irresponsabilité et la gloutonnerie des membres du régime de Faure EYADEMA-GNASSINGBE les ont conduit à contracter – comme son représentant a dû l’avouer lors de la discussion sur le Collectif budgétaire, gestion 2016 – des prêts dénommés Sukuk d’un montant total de 156 milliards de F CFA auprès de certaines banques islamiques sur la période 2016-2026 en gageant des biens publics. Notamment le site de la Foire Togo 2000, le Commissariat général de l’OTR et son Commissariat des Impôts, le siège de Togo Télécom, le Garage central, le Ministère des Travaux publics, l’UTB, le siège de la LONATO, la CENI, le Ministère du Commerce, le siège de la SAZOF et la SAZOF-Zone portuaire »,affirme le communiqué.

Pour le parti des togolais toutes ces « dérives » du pouvoir doit amener  tous les Togolais à se solidariser avec les enseignants dans leur grève de Lomé à Cinkassé !

« D’une question revendicative et corporative à l’origine, la grève observée par les enseignants depuis cette rentrée scolaire 2016-2017 est désormais un enjeu social global, citoyen, national et politique car engageant, après les multiples grèves de ces dernières années, l’avenir de toute la Nation togolaise », note le parti.

Commentaire d'article

Umalis