Société

Medias au Togo : Menace de fermeture de LCF –City FM, la PPT se prononce

En décembre dernier, plusieurs médias étaient  sous la menace de fermeture pour non-paiement de leurs redevances d’exploitation ou  non signature de leur convention d’installation. En décembre dernier, un communiqué de la  Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication leur donnait jusqu’au 15 janvier pour régulariser leur situation. Au terme de ce délai, des informations font état du fait que  le président de la HAAC, Pitang Tchalla, s’apprêterait à fermer LCF et CITY FM, les chaînes du groupe Sud Média. Pour le PPT, cette fermeture, si elle intervient, sera une dérive. Dans un communiqué rendu public ce 17 janvier, le Patronat de la Presse Togolaise se prononce sur le sujet. Voici ce qu’il a écrit.

 

« Depuis quelques semaines, des informations persistantes et insistantes font état de la fermeture imminente de la chaîne de télévision La Chaîne du Futur (LCF) et de la Radio City FM, propriétés du Groupe Sud Média.
Des informations qui sont confirmées par plusieurs sources et la décision de fermeture pourraient intervenir dans les prochaines heures.

Les raisons de cette fermeture qui sont relatives au dossier d’autorisation d’émission évoquées par la HAAC ne sont pas fondées. Puisque les responsables du Groupe Sud Média nous ont confirmé l’existence d’un dossier en bonne et due forme à la HAAC depuis 2007 et ont confié être à jour des redevances dues.

Pour ce fait, les raisons qui motivent cet acharnement ne sont donc pas valables.

Le PPT pense que c’est une décision qui vise à museler purement et simplement ces deux chaînes pour des motifs que seuls les initiateurs du projet maîtrisent.

Le PPT en appelle à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) à surseoir immédiatement à la fermeture de LCF et de City FM au risque de tomber sous le coup de la violation de la liberté de presse concédée par la Constitution togolaise, les textes qui régissent la presse et la communication de même que les instruments juridiques et les conventions internationaux relatifs à la liberté d’expression que le Togo a ratifiés.

Si la HAAC venait à mettre cette décision liberticide à exécution, le PPT prendra des mesures juridiques devant les tribunaux nationaux et internationaux pour faire valoir les droits d’une presse togolaise qui aspire à la liberté et à l’indépendance.

Le PPT prendra également des dispositions pour informer les institutions nationales et internationales, ainsi que les programmes de financement, en l’occurrence le Millénium Challenge Corporation (MCC) des Etats Unis de la fébrilité des institutions togolaises devenues prédatrices des libertés au Togo.

Le PPT invite enfin tous les journalistes, techniciens et auxiliaires de LCF et City FM en particulier et les journalistes togolais en général, à rester mobilisés pour des actions d’envergure en vue de dénoncer cette énième forfaiture qui freine l’évolution de la démocratie au Togo et qui fait reculer le pays en matière de classement sur les libertés fondamentales ».

Fait à Lomé le 16 janvier 2017.

Le Président

Carlos Komlanvi KETOHOU

Commentaire d'article

Umalis