Politique

Les « desiderata » du parti des Démocrates Socialistes Africains (DSA) en 2017

Après un léger retard, Le parti Les démocrates des socialistes  africains se prête à la tradition du souhait de vœux. Dans un message publié ce 16 janvier le parti demande principalement au gouvernement de réduire les dépenses au sommet de l’Etat  et de consacrer plus de fonds à la cause sociale notamment la santé, l’éducation,  l’agriculture, la formation professionnelle, l’action sociale, l’accès à l’eau potable, l’accès à l’électricité et des logements sociaux.

Le parti DSA a délibérément choisi de trainer les pas pour se faire mieux entendre du président de la république togolaise. Et le message principal du parti repose  essentiellement sur une préoccupation majeure : la situation de vie des togolais. Pour les responsables du parti  DSA, la situation que vivent les togolais est causée par les gouvernants du pays.
« L’année 2016 entre dans les dates de référence tout comme les autres. Elle est marquée par une majorité des togolais et togolaises qui continuent de croupir dans la misère tandis que la minorité s’accapare allègrement les moyens d’Etat pour asseoir un pouvoir totalitaire et à vie ».

« Le mandat social tant prôné par le Chef de l’Etat et son parti UNIR n’est que de la poutre aux yeux des togolais et togolaises. La plate forme légitime du corps enseignant rejetée, le refus de revoir à la baisse le prix du ciment tel que le propose l’opérateur économique Nigérian  Dangote, les revendications estudiantines, le cri de détresse des volontaires nationaux pour un emploi plus sécurisé, le refus de l’application des recommandations de la CVJR, et du HCRUN etc. en disent long »,dénoncent  le parti  DSA.

Selon les DSA, l’année qui s’achève du point de vu économique et social a été catastrophique pour le citoyen togolais qui est toujours confronté aux mêmes difficultés. «  Le pays s’est lourdement endetté compromettant ainsi l’effort du développement durable tant souhaité par tous », notent  les responsables du parti.
Pour un revirement de situation, les Démocrates Socialistes Africains (DSA) proposent entre autres la réduction réelle des dépenses inutiles de l’État pour appuyer les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, de la formation professionnelle, de l’action sociale, l’accès à l’eau potable, l’accès à l’électricité et des logements sociaux.

« Pour être émergeant il faut produire de manière continu et croissante des biens et des services ce qui n’est pas le cas aujourd’hui dans le pays lorsqu’on se réfère aux différents projets d’investissements à coût de milliards qui n’ont pas abouti à cause de la non implication des bénéficiaires de la conception jusqu’à l’exécution et au suivi évaluation de ces projets ».

Sur le plan du chômage des jeunes, de l’exode rural et de l’immigration clandestine, les DSA proposent « un modèle économique pourvoyeur du plein en emploi à travers une révolution agricole bien pensée et bien maîtrisée avec l’implication des populations productrices elles mêmes.
La création des pôles de croissance dans le pays à travers les régions contribuerait à absorber la grande masse de sans emplois et de chômeurs. De même l’extension de la santé universelle pour tous doit être une priorité pour alléger la souffrance de nos populations ».

Le parti termine son message en lançant un appel à l’Etat togolais. « Notre invite au gouvernement est la redistribution équitable des ressources et des richesses du pays à toutes les couches sociales gage d’un véritable mandat social nécessaire pour donner une réelle égalité des droits et d’offrir à chacun des togolaises et togolais les chances de conduire leur vie tels qu’ils l’imaginent sans contrainte ».

Commentaire d'article

Umalis