Politique

Togo/Politique : Les délégués du CAR, des médecins après la mort ?

Réunis en congrès extraordinaire les 13 et 14 janvier 2017, les délégués du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) ont examiné deux (2) décrets pris en conseil des ministres datant du mardi 03 janvier 2017. Il s’agit essentiellement du décret portant sur la mise en place de la commission de réflexion sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles et celui portant sur la création d’une haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et des infractions assimilées.

Les délégués du Comité d’Action pour le Renouveau relèvent « qu’au terme des dispositions du chapitre 03 de l’Accord Politique Global (APG), la question de la lutte contre la corruption et les infractions assimilées figurent parmi les sujets qui doivent faire l’objet de réformes institutionnelles et constitutionnelles ».

Rappelant les dispositions précitées de l’APG, ils martèlent que les réformes institutionnelles et constitutionnelles sont du ressort des partis signataires de cet accord. En conséquence, ces derniers sont remontés contre la manière unilatérale adoptée par le gouvernement, en mettant en place une commission composée que des membres qui lui sont plutôt favorables et ceci, en violation des dispositions de l’Accord Politique Global.

« Les délégués demandent aux organes issus du congrès, de tout mettre en œuvre pour que le gouvernement revienne sur les deux décrets en question », a souligné M. Nicolas AGBO, membre du nouveau bureau du CAR.

Commentaire d'article

Umalis