Culture & Réligion

L’artiste togolais Kossi Assou, pionnier de l’art culturel africain

Kossi_Assou

L’art du togolais d’origine ivoirienne Kossi Assou se résume en trois mots : sobriété, simplicité et convivialité. Pionnier du design africain au Togo, il essaie de créer des œuvres à travers lesquelles les africains en général se retrouveraient.

Créer une relation complexe entre le nouveau design et la culture africaine, c’est ça le design africain. Comme le dit l’artiste né en 1958 en Côte d’Ivoire et qui vit au Togo: « Je me réclame de mes racines, de cette filiation. Je suis héritier d’une culture dont je fais une relecture pour proposer des objets pour aujourd’hui et pour demain. Même si cela n’est pas la première préoccupation pour ces objets, ils restent fortement inspirés par ces fonctions traditionnelles. »

L’une des créations de Kossi Assou, c’est le Slim bed (un « lit mince »). Constitué d’une tôle, avec un rondin qui sert d’appui-tête et une roue pour le déplacer avec un poignet, ce lit est un assemblage de savoir-faire typiquement traditionnel et moderne à la fois qui suscite toujours une émotion. En face de cette sculpture dotée d’une haute dose esthétique, les sens s’éveillent car, le côté traditionnel est palpable, mais pourtant invisible.

« Dès le moment où ces objets ont pour fonction de répondre aux besoins de l’homme, il y a une rupture qui se fait avec la sculpture qui est beaucoup plus liée à l’esthétique », indique Kossi Assou qui avait reçu la prestigieuse désignation honorifique de « Trésor humain vivant » par l’Unesco.

Le design occupe aujourd’hui une place créative importante en Afrique. Cependant, le rôle économique et industriel du design reste encore à trouver. Souvent, la plupart des africains n’ont pas les moyens de s’en procurer, parce que le design reste indéniablement cher. Les populations à revenu moyen se voient mal aller s’acheter un objet d’art de tel ou tel créateur. C’est donc le lieu de promouvoir la valeur de la culture africaine en encourageant les africains à « consommer afro », puisque la bourgeoisie africaine achète très rarement du design africain.

Commentaire d'article

Umalis