Sports

CAN Total 2017 : Quand le Gabon en profite pour « se vendre » !

stade

Le 08 avril 2015, les vœux du président gabonais ont été exaucés à travers la désignation de son pays comme organisateur unique de la grande fête du football africain. Le fait que le choix de la Confédération Africaine de Football (CAF) soit tombé sur ce pays francophone de l’Afrique de l’Ouest est non seulement un honneur mais une aubaine pour les autorités gabonaises et la population gabonaise.

« C’est un succès pour le Gabon, un grand bonheur pour la jeunesse africaine. (…) La CAN 2017 est une chance. Cet événement permettra d’intensifier la diversification de l’économie et de booster les secteurs du BTP et des services. Je remercie la Confédération africaine de football d’avoir offert ce succès au Gabon et ce grand bonheur à la jeunesse africaine » : ses paroles enthousiastes d’Ali Bongo Ondimba disent tout de l’impact de la Coupe d’Afrique des Nations sur le Gabon. Et c’est naturellement avec joie que la population de ce pays a elle aussi accueilli cette annonce.

Cette joie peut s’expliquer par les retombées sur l’économie gabonaise et ses principaux acteurs d’une part et sur l’image du pays et celle de son président, d’autres part. Dans le cadre de ce rendez-vous sportif, les retombées seront palpables dans les domaines sportif, touristique et commercial. Selon les organisateurs, 50 000 emplois sont créés, des dizaines d’entreprises internationales ont engagés des démarches pour des investissements qui participeront à l’essor de l’économie locale.

Infrastructures sportives et routières

Concernant les infrastructures sportives, deux nouveaux stades sont construits : celui de Port-Gentil et celui d’Oyem. « Nous avons déjà Libreville (45 000 places) et Franceville (25 000 places) et nous aurons également Port-Gentil (20 000 places) et Oyem (20 000 places) », assure Pierre-Alain Mounguengui, le président de la Fédération gabonaise de football.

Ceci est une opportunité pour le développement du football local et, par ricochet, pour plusieurs autres disciplines sportives qui pourront exploiter ces espaces pour des entrainements. Par ailleurs, le pays pourrait accueillir plusieurs autres compétitions sportives et rayonner sur le plan international.

Dans le cadre de la CAN 2017, le gouvernement a développé les infrastructures routières pour faciliter le système de transport. A cet effet, les trois mini-échangeurs et les routes secondaires construites dans le cadre de la CAN 2012 ont été réaménagés pour un accès rapide aux stades de compétition.

Santé et Télécommunications

De même que pour la CAN 2012, le Centre hospitalier Amissa Bongo, à Franceville, et l’Hôpital général de Libreville ont été rénovés afin de les rendre plus performants durant la compétition. Ils ont été dotés d’appareils d’imagerie médicale (scanner, mammographie, écographie 3D, électrocardiogramme, radiologie conventionnelle), de nouvelles unités de chirurgie, de nouveaux blocs opératoires, etc. Les hôpitaux d’Oyem et de Port Gentil ont bénéficié de dotations pour être à nouveau réfectionnés.

Dans le cadre de cette CAN 2017, les opérateurs Gabon Telecom, Airtel Gabon ou encore Azur Gabon, ainsi que les prestataires des services électroniques et les fournisseurs d’accès Internet, trouveront sûrement leur compte. A titre d’exemple, en 2012, Maroc Telecom a clairement indiqué que le chiffre d’affaires de Gabon Telecom, sa filiale au Gabon, s’est établi à plus de 80 milliards de FCFA, en hausse de 23% (+25% à taux de change constant) par rapport à 2011.

Aussi, avec la 4G dont s’est doté le pays depuis octobre 2014, les opérateurs télécoms se frottent déjà les mains pour faire de bons chiffres d’affaires lors de cette CAN 2017. Plus ces opérateurs feront des bénéfices, plus ils payeront des taxes et impôts au gouvernement.

 

A travers l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2017, l’image du Gabon est rehaussée grâce à la publicité faite avant, pendant et après cette période. Les retombées sont entre autres : l’affluence d’investisseurs étrangers, des touristes, des médias internationaux qui feront connaître le pays. Aussi, le président gabonais Ali Bongo Ondimba pourra profiter de ces moments de rapprochement avec sa population pour renforcer sa côte d’amour et de popularité auprès de ses populations et de ses pairs.

En outre, la déclaration d’Ali Bongo Ondimba selon laquelle « le sport est une des rares activités qui transcendent la politique et offrent à toutes les nations une chance de briller sur un pied d’égalité » ne cache pas sa volonté de faire briller le Gabon sur le plan international.

Commentaire d'article

Umalis