Politique

Le nouveau préfet du Golfe, en visite de terrain, rassure les populations

sensibiliser-copier

Depuis le 30 novembre 2016, un nouveau préfet a été nommé. Celui-ci doit s’atteler à l’administration de la préfecture du Golfe et de la nouvelle préfecture d’Agoè Nyivé en cours d’installation. Ainsi donc, le Colonel Hodabalo Awaté a entamé depuis le 5 janvier 2017 une tournée d’information et de prise de contact avec les populations, les chefs de cantons et de villages quelques jours après sa prise de fonction. Jeudi dernier, il était à Baguida (banlieue Est de Lomé) pour rencontrer échanger avec les populations.

« J’ai voulu passer le message de paix, j’ai vu qu’il y avait déjà un dynamisme dans le sens du développement avec les organisations du développement à la base. Ce qui m’inspire confiance parce qu’ils sont confiant qu’il y a des actions à mener sur le plan humain, et sur le plan équipement », a laissé entendre le Col Awaté Hodabalo .

Après les cantons d’Agoè Nyivé et d’Amoutivé, cette sortie sur le terrain fut l’occasion pour les populations de ce canton historique d’exposer leur quotidien au préfet, espérant que Baguida sera doté des infrastructures nécessaires. «Baguida, village devenu ville, a quand même des problèmes de survie. Pour améliorer notre condition de vie, nous avons souhaité qu’on goudronne la voie Baguida-Dévégo et qu’on nous construise l’hôpital du District de Baguida », a relevé le porte-parole des populations de Baguida, Kougblénou Akouété.

Toutefois, si on se réfère au parcours du nouveau préfet du Golfe, Col Awaté Hodabalo, on risque bien de se poser la question suivante : la préfecture du golfe devra t-elle s’attendre au pire ?  Puisque en novembre 2015, les populations de Mango, localité située à l’extrême Nord du Togo, se révoltaient contre un projet de réhabilitation des aires protégées communément appelées faunes aux dépens de droits de survie de cette population. Les conséquences malheureuses de cette répression (8 personnes tuées dont un commissaire de police, 87 blessés dont certains par balles et plusieurs jeunes arrêtés et déférés à la prison de Dapaong) ont eu lieu sous cet homme alors qu’il régentait la préfecture de l’Oti.

Militaire et préfet de l’OTI pendant plus de 10 ans, le Col Hodabalo Awaté a laissé derrière lui une réputation qui n’inspire pas confiance. Toutefois, il serait judicieux d’observer l’homme à la tâche afin de juger de sa sincérité pendant qu’il assurait aux populations des localités visitées qu’il se fera leur « serviteur » pour le développement de la préfecture du golfe.

Commentaire d'article

Umalis