Education

Concours d’entrée à l’ENI: il n’y a pas deux sans trois

instituteurs

Il a été décidé que le concours qui donne accès à l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI) sera repris pour la troisième fois dans les centres de Tsévié et de Dapaong pour cause de certaines irrégularités. Cette information a suscité de la colère de la part des candidats de Dapaong. Ce fut donc dans le but d’apaiser les esprits qu’une délégation conduite par le 4ème Vice-président de l’Assemblée nationale, Etienne Damintoti Barché du parti Unir s’est rendue jeudi à Dapaong.

Les candidats soumis aux épreuves du concours ont boudé lorsqu’il leur a été demandé de reprendre le concours 2016 d’entrée à l’ENI (Ecole Nationale d’Instituteurs)  trois fois de suite. Ils soutiennent que les listes des derniers résultats comportent des irrégularités graves. Par conséquent, selon eux, il serait judicieux d’annuler purement et simplement ces résultats.

L’ambiance n’a pas été des plus conviviales entre la délégation des députés Unir et les candidats au dernier concours de l’ENI, les acteurs de l’éducation en plus des enseignants de la région des Savanes.

Ce qui est reproché aux organisateurs du concours, c’est le fait qu’aucun candidat ayant repris le concours n’a réussi au Centre de Dapaong. A l’issue de la rencontre entre les deux parties, les membres de l’Assemblée Nationale qui ont fait le déplacement ont promis de rendre compte du mécontentement des candidats au Chef de l’Etat. Malgré cela, la décision de la reprise du concours tient.

Pour rappel, le concours d’entrée à l’ENI a eu lieu le 12 février 2016. A cause d’une situation de « fraude massive » relevée par le gouvernement, le concours a été repris le 07 juin de la même année. Cette fois, les résultats ne rencontrant pas l’approbation de part et d’autre, la troisième reprise est prévue pour le 25 janvier prochain. Ces reprises sont dues, selon le gouvernement, à « des similitudes de réponses, et donc de notes dans certaines salles des centres d’écrit de Dapaong et de Tsévié ». Ainsi donc, une forte présomption de fraude a conduit à l’annulation des épreuves.

Commentaire d'article

Umalis