Politique

Le Congrès du CAR, pour préparer le retour du président-fondateur ?

agboyibo

L’année 2016 a été une année charnière pour le parti de l’opposition, Comité d’Action pour le Renouveau (CAR). La scission qu’il a connu, les malentendus internes qui l’ont secoué, bref la crise qu’a traversée le parti de l’ancien premier ministre togolais a été foudroyante. Cependant, le congrès statutaire et électif qui se tiendra les 13 et 14 janvier prochain semble être encore source de polémiques.

Serait-ce le moyen de déblayer le chemin pour le retour de Me Yawovi Agboyibo ?, c’est la question que suscite le congrès de Comité d’Action pour le Renouveau (CAR). Rappelons que cette éventualité du retour du « président-fondateur » avait justement été à l’origine de la crise de ce parti de l’opposition.

Cette crise, il est important de le rappeler, a pris fin avec plusieurs conséquences : le départ fracassant d’une partie importante des cadres, la perte de la crédibilité du CAR, le renversement de l’ancien président du parti, Me Dodji Apevon, la création d’un nouveau parti « les Forces démocratiques pour la République (FDR) ».

Nador Awoku, parachuté à la tête de ce qui reste aujourd’hui du parti des « déshérités » pour assurer la transition, ne cache pas le retour de Yawovi Agboyibo, que certains accusent d’être à la base de la crise ayant occasionné la scission du parti.

D’ailleurs, le président intérimaire déclare qu’« une candidature de Me Agboyibo n’est pas à exclure ». Il a expliqué : « il est toujours membre du parti et reste une personnalité influente. Mais la décision lui revient et il connaît les procédures en la matière conformément à nos statuts.  Légalement, les statuts actuels ne l’empêchent pas de revenir mais légitimement, la décision revient aux congressistes, parce que c’est à eux qu’appartient la légitimité et ils sont libres de la conférer à qui ils veulent ».

De toutes les façons, on attend de voir ce que le congrès des 13 et 14 janvier 2017 va pondre. D’autres soutiennent qu’à défaut de voir revenir en personne Me Yawovi Agboyibo, il pourra se faire représenter par quelqu’un qui ne peut rien lui refuser, de manière à le contrôler. Comment un parti ayant des difficultés à pratiquer l’alternance en son sein, pourra t-il le faire une fois à la tête d’un pays ?

Commentaire d'article

Umalis