Développement

Les clés pour favoriser l’émergence au Togo

togoLa question de l’émergence au Togo a ces derniers temps suscité des houleux débats. Récemment la question a été au cœur d’une œuvre co rédigée par l’économiste togolais Kako Nubukpo et des spécialistes.  Dans L’œuvre intitulée l’envol de l’épervier  ces derniers se sont prêtés à un exercice de questions réponses pour trouver pour parvenir à susciter une émergence efficace et efficiente du Togo

Quelles sont les marges de manœuvres dont dispose le Togo, dans un contexte de mutations internes et externes, pour construire une trajectoire optimale d’émergence ? La dynamique impulsée à partir de 2006 par les autorités togolaises pour parvenir à une croissance forte et inclusive sera-t-elle suffisante pour répondre aux attentes d’une jeunesse montante ? Si le Togo réussit à se hisser sur une trajectoire pérenne d’émergence, il peut, à divers égards, servir de prototype pour l’ensemble des pays subsahariens. Ce sont entre autres les questions auxquelles Kako Nubukpo et les siens ont tenté de trouver une réponse.

Selon les spécialistes l’émergence résulte d’un parcours collectif nécessitant Audace, Rigueur et Transparence dans la gestion publique. Mais ces critères sont difficilement notoires dans le pays. Malgré la volonté du pays de prendre le chemin de l’émergence, les conditions pour la réalisation restent difficiles.
A l’analyse historique des expériences d’émergence de certains pays, il ressort que, pour y arriver, l’Etat a dû assainir le climat des affaires et instaurer un partenariat Public/Privé de confiance, jusqu’à réaliser des reformes dans plusieurs secteurs.
Ces réformes caractérisent la bonne gouvernance qui a permis à certains pays pauvres d’émerger de la pauvreté pour vivre dans un développement durable. A titre d’exemple l’ile Maurice dont l’excellente gestion publique a permis de se classer en tête des pays africains grâce à son indice de développement humain (indice qui mesure le niveau de bien-être de la population)
Pour amener donc le Togo à se hisser dans le rang de certains pays émergents, qui étaient, comme le Togo, classés parmi les pays sous-développés en 1960, 9 impératifs s’imposent:

La sécurité physique qui protège la personne et qui évite l’arbitraire;

La sécurité juridique qui suppose l’assainissement intégral des pratiques judiciaires de façon à rétablir la confiance dans notre justice ;

Une formation professionnelle qui soit adaptée aux besoins de développement du pays ainsi qu’aux impératifs techniques des usines à implanter par les investisseurs ;

Un bon climat des affaires avec un partenariat Public/Privé efficace qui rassure les IDE et les investisseurs tant nationaux qu’étrangers;

Une politique de crédit au service des investisseurs et des PME/PMI ;

Une politique fiscale allégeant les charges sociales et l’impôt sur les revenus, pour attirer les investisseurs tentés sous d’autres cieux plus doux ;

Une lutte efficace contre la corruption et contre l’impunité, à tous les niveaux, de façon à enrayer les discriminations et gagner la confiance de tous les opérateurs économiques et des bâtisseurs de la Cité;

Une stabilité macro-économique rassurant les bailleurs de fonds et les IDE qui ne craignent pas que l’Etat plonge dans des difficultés budgétaires .

Puis il faut que cette volonté d’émergence anime le peuple entier qui doit ressentir dans les faits et dans son quotidien.
« Face à ces 9 impératifs d’une politique pour l’émergence économique, il nous reste beaucoup, beaucoup à faire pour que le Togo devienne un pays émergent à l’horizon 2030 ou même 2035, estiment  les experts.

Commentaire d'article

Umalis