Développement

Route Lomé-Vogan-Anfoin : un sujet qui divise le gouvernement

_lome-vogan-anfoin

Alors que le groupe CECO BTP avait déjà encaissé 36 milliards et laissé le chantier à moins de 10% d’exécution, le Premier ministre Komi Selom Klassou et son ministre en charge des Infrastructures, Ninsao Gnofam, ont en grande pompe relancé le 20 Décembre dernier, les travaux de réhabilitation du tronçon Lomé-Vogan-Anfoin  pour un coût total de 30 milliards de F CFA.

Que d’encre et de salive les polémiques et autres discours contradictoires à propos de ces travaux d’infrastructure n’ont fait couler ! Ce n’est pas sujet nouveau. Cependant, les discours qu’entretiennent le Premier ministre Komi Klassou et son collègue de l’Economie et des Finances s’entrechoquent.

Pendant que le premier soutient l’existence d’un accord de financement entre l’Etat togolais et une Bank chinoise, l’autre sert une autre version de l’histoire au parlement. Devant les députés le 26 Décembre, M. Sani Yaya a expliqué que les discussions étaient en cours avec la China Exim Bank pour le refinancement de la route abandonnée par CECO BTP.

Pourtant, quelques jours plus tôt, Selom Klassou et Ninsao Gnofam avaient, à grand renfort médiatique, officialisé le lancement « fantôme » des travaux sur ladite voie. Depuis, aucun bruit de tracteur ni de travaux manuels n’a été entendu sur le chantier. Dame poussière continue de régner en maître absolu sur les lieux en ces périodes d’harmattan et les usagers de la route ne verraient peut-être pas de sitôt leur cauchemar terminé.

Est-il possible qu’un seul et même gouvernement ait deux versions discordantes sur un sujet aussi important au cours de la même semaine ? A cette allure, un doute subsiste sur un fin prochaine des travaux d’infrastructures.

Commentaire d'article

Umalis