Développement

Internet : 2017 inaugure une nouvelle ère numérique au Togo

cina

La ministre des Postes et de l’Economie Numérique, Cina Lawson, innove à partir du 1er Janvier avec l’article 111 de la loi des Finances exercice 2017. Désormais, le Togo s’engage sur la voie des importations des terminaux informatiques. Sans doute, notre pays compte devenir la capitale de l’approvisionnement en infrastructures informatiques dans la sous-région.

« L’un des obstacles dans l’acquisition des terminaux répondant aux normes et qualités requises, ce sont les droits de douanes et autres taxes qui s’appliquent à ces équipements, obligeant le consommateur à se contenter des produits de moindre qualité et souvent issus du marché informel », explique Cina Lawson.

De la décision du Conseil des ministres le 07 avril 2016, Cina Lawson a obtenu l’approbation en décembre dernier à la validation du budget de l’année 2017. Selon certains analystes, de sérieuses mesures doivent accompagner cette décision d’envergure pour éviter que ce grand pas ne devienne un échec. Souvent, le non-aboutissement de ces décisions capitales pour le développement de l’économie numérique est amputables aux malversations de certains fonctionnaires de l’administration au Togo. Pour l’année qui vient de s’écouler, cela aura été un exploit pour Cina Lawson, puisqu’en dépit des projets grandioses initiés par son ministère, 2017 viendra donner un nouvel élan à une connexion exceptionnellement lente mais paradoxalement coûteuse.

Depuis près de 10 ans, des milliards du contribuable et ceux des partenaires en développement ont été investi dans l’acquisition  de la Fibre Optique, inauguré en grande pompe. Le Togo est donc passé à la technologie 3G, bientôt 4G, mais en dépit de cela, la qualité de la connexion Internet laisse à désirer.

Cina Lawson mise désormais sur l’exonération des taxes sur les terminaux fiscaux pour « permettre à toutes les couches sociales (y compris, enfants, élèves, étudiants, paysans, etc.) de pouvoir disposer de terminaux fixes ou mobiles de qualité et de profiter pleinement des investissements réalisés par l’Etat dans le secteur des communications électroniques ».

On espère bien que ce ne serait pas un bluff de plus comme ce fut le cas, lorsqu’elle évoquait l’arrivée d’un troisième opérateur de téléphonie mobile, comme un remède aux innombrables difficultés dans ce domaine.

Commentaire d'article

Umalis