Faits divers Société

Les commerçants de pétards sont-ils au-dessus de la loi ?

togo-petards

Comme chaque année, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Colonel Yark Damehame, avait annoncé le 14 novembre dernier, à travers un communiqué, l’interdiction de la vente des pétards suivi de la menace  de poursuite judiciaire à l’endroit des contrevenants. Sans effet ! Cela ne ressemble t-il pas à du folklore ?

« L’importation, la vente et l’usage de pétards assourdissants et autres objets du genre qui troublent la tranquillité des populations sont et demeurent rigoureusement interdits sur l’ensemble du territoire national, notamment en ces périodes de fêtes de fin d’année », disait le communiqué.

En effet, la mise en garde a été formelle : « Des instructions spécifiques sont données aux forces de sécurité pour procéder à leurs saisies, traquer et si besoin interpeller tout contrevenant ».

Ces mesures ne semblent pas dissuader ceux qui le commercialisent et ceux qui l’achètent. Les bruits de pétards retentissent de plus belle, les uns plus assourdissants que les autres. Savaient-ils qu’il n’ira pas plus loin qu’un communiqué (comme d’habitude) ?

Rappelons que l’utilisation des pétards est la cause de beaucoup d’accidents parmi les jeunes. La composition des produits semble douteuse. Il se pose alors la question suivante : par où arrivent ces pétards ? N’y a t-il pas de contrôle à nos frontières ?

Commentaire d'article

Umalis