Politique

Le président du NET fait un play-back de l’actualité politique en 2016

gerry-t

Encore quelques heures, et on parlera des évènements de 2016 au passé. Ainsi donc, les responsables des formations politiques prennent la parole pour faire le bilan des activités de leur parti et dévoiler à l’occasion les nouveaux défis à relever pendant la nouvelle année. M. Gerry Taama, président du Nouvel Engagement Togolais (NET), ne dérobe pas à la règle.

Dans une interview accordée aux journalistes de la radio Zéphyr, Gerry Taama dresse un bilan plus ou moins positif des activités de son parti en 2016. Selon le candidat malheureux à la présidentielle d’avril 2015, le NET n’a raté aucun rendez-vous socio-politique initié durant cette année 2016 qui s’écoule.

« Le NET a été présent sur la scène publique durant toute l’année. Le NET étant un parti national, nous avons mené des activités de consolidation de la base, même si contrairement aux autres années nous avons mené moins d’actions d’ampleur publique. Ce que je retiens, c’est que le NET a été actif dans la vie socio-culturelle, le NET a pris part à toutes les rencontres politiques qui ont eu lieu dans ce pays pendant toute l’année », a relevé Gerry Taama.

Il rappelle dans son analyse que l’année 2016 n’a pas été luisante pour la vie politique togolaise. Il trouve que les seuls événements politiques qui ont marqué l’année 2016 sont l’atelier du Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCCRUN) et celui sur la décentralisation et les élections locales.

« La vie politique a été plutôt terne cette année. Il faut reconnaître que nous sommes sortis d’une année politique qui a été très importante en 2015. Connaissant les moyens assez faibles des partis politiques, surtout de l’opposition et connaissant aussi le mutisme qui caractérise le parti au pouvoir après les échéances électorales, la vie politique a été beaucoup plus courte. Elle est marquée par deux ateliers celui du HCRRUN et de la décentralisation », analyse-t-il.

Pour l’homme politique, les politiciens togolais se sont trop recroquevillés sur eux-mêmes. « Peut-être, poursuit-il, c’est pour panser les plaies de 2015 et affûter leur arme pour les hostilités à venir ».

Commentaire d'article

Umalis