Société

Le CRAPH manifeste son soutien aux victimes de litiges fonciers

terrain

Les litiges fonciers continuent de faire des victimes à Lomé et des les autres villes du pays. A Davié, une localité située à 35km de Lomé, cette situation a abouti à l’interpellation de jeunes gens qui ont été ensuite déférés à la prison civile de Lomé. Ces derniers ont reçu hier vendredi la visite du Comité d’Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (CRAPH).

Déplacement de ménages, opérations de déguerpissement et d’arrestation des jeunes : ce sont les conséquences qu’occasionnent souvent les litiges fonciers. Le 22 décembre 2016, le Comité d’Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (CRAPH) en collaboration avec l’Association « Afrique Réveil Vision » a soutenu certaines personnes victimes en vivres.

Le vendredi 30 décembre 2016, les actuels détenus à la prison civile de Lomé, à leur tour, ont été visités. Ils ont reçu des dons en vivres, en non vivre et une enveloppe.

« Nous sommes arrivés à la phase finale de notre série d’actions à l’endroit des victimes de spoliation à Davié pour cette année 2016. Nous voudrions remercier « Afrique Réveil Vision » pour ses contributions multiformes pour la réalisation de ces actions. Aussi longtemps que la justice ne se prononcera pas pour rétablir les victimes dans leurs droits, nous continueront toujours de nous battre », a déclaré Dosseh Sohey, président du CRAPH, après la remise des kits individuels aux détenus.

L’occasion a été propice pour lancer un appel à tous les citoyens pleins de passion pour la liberté fondamentale à se mobiliser pour barrer la voie à l’arbitraire qui menace d’autres paisibles citoyens.

Commentaire d'article

Umalis